SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Fast-Uac: Eléonore Yayi calme la contestation du processus de recrutement d’un enseignant

Judicael Kpehoun (Stag)
publié le Jun 17, 2020

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a tenu jeudi 11 juin 2020, une séance d’échange avec le docteur Fidèle Suanon et des responsables de l’Université d’Abomey-Calavi. Cette rencontre fait suite à la lettre ouverte du docteur en génie environnementaliste et chimiste physicien au président Patrice Talon et à la ministre Éléonore Yayi.

Les diffréntes parties lors de la séance avec la ministre

Une séance d’échange et d’explication entre acteurs et ministre. Dans une lettre ouverte au chef de l’Etat Patrice Talon et la ministre Eléonore Ladékan Yayi, Fidèle Suanon, Ph.D génie environnementaliste et chimiste-physicien, a dénoncé le processus de recrutement d’un nouvel enseignant au profit de la Faculté des sciences et techniques de l’Université d’Abomey-Calavi. Il désapprouve le choix fait de recruter un enseignant de chimie-analytique en lieu et place de chimie-physique.

Le docteur Suanon a exprimé dans sa lettre sa déception de ne pas voir ce reprofilage de dernière heure privilégier la chimie minérale, alors que dit-il, cette dernière souffre d’un manque criard d’assistants pour son bon fonctionnement.

Recherche de solution

C’est donc dans la perspective d’écouter les différentes parties pour mieux situer les responsabilités que la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a rencontré l’auteur de la lettre, les responsables de l’UAC et du décanat de la FAST le jeudi 11 juin 2020.  

Elle n’a pas manqué de préciser qu’une audience a été accordée au plaignant aussi rapidement en présence de deux membres de son cabinet afin de lui fournir des réponses à ses préoccupations.

A travers les échanges, il apparait que la démarche du Dr Suanon était celle de la recherche de la transparence dans le processus de recrutement des docteurs assistants du département de chimie. Il ressort également des explications de cette séance, que l’expression des besoins au niveau du département de la chimie ne s’est pas faite de façon consensuelle. Le choix du poste de chimie-analytique est source de problème et divise les enseignants chercheurs de ce département.

L’autorité, consciente du profond malaise que cette situation pourrait induire dans ce département, a décidé de retourner aux responsables du département le dossier. Elle a souhaité que la définition du poste pour cette année soit faite dans une démarche consensuelle.

A défaut du consensus dans les plus brefs délais la Ministre se réserve le droit d’invalider le poste pour mettre fin à toute polémique et repartir sur de bonnes bases. L’autorité a également instruit de proposer un nouveau modèle d’expression de besoin consensuel et transparent ainsi que la composition des comités de définitions des profils.

Enfin, à tour de rôles les autorités présentes ont prodigué au Dr Suanon des conseils sur la démarche pour manifester son mécontentement face à de pareilles situations.