SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Coronavirus: Anselme Amoussou relève les impacts de la Covid-19 sur l’école au Bénin

Banouto
publié le May 19, 2020

Anselme Amoussou est le secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA-Bénin). Dans le cadre d’une série de publications du think-tank Civic academy for Africa’s future (CiAAF) sur le coronavirus, il fait une reflexion sur les impacts de la Covid-19 sur le système éducatif béninois et dégage les perspectives. Lire ci-dessous.

anselme amoussou Anselme Amoussou

La grippe, la peste noire, la grippe espagnole, et plus récemment le SIDA. Le monde subit depuis toujours les affres de crises sanitaires à différentes périodes de son histoire. Ces dernières années, elles se sont rendues un peu plus répétitives avec la maladie de la vache folle, la grippe aviaire, le SRAS, la fièvre Ebola ou la fièvre Zika etc.

Elles viennent, avec violence et force, rappeler la vulnérabilité humaine et les conséquences de notre insouciance.

L’actuelle pandémie du Covid-19, dont l’ampleur est sans précédent à  notre  époque,  met  en  lumière  les  faiblesses  latentes  de  nos  systèmes  notamment  le  système éducatif : manque de moyens infrastructurels, techniques et pédagogiques, fracture numérique profonde, défaut de formation et de préparation adéquate des acteurs du secteur, gage d'une adaptation plus efficace, etc.

Bien qu’aujourd’hui un déconfinement progressif s’opère dans la plupart des pays, et que même dans certains, les écoles ont rouvert leurs portes, il n'est pas exagéré d’affirmer que cette pandémie crée une « catastrophe éducative » en ce qu'elle bouleverse le calendrier scolaire et académique, révèle et accentue les faiblesses des systèmes éducatifs partout dans le monde et impose à travers les gestes barrières l’adoption d'un mode de vie difficilement homogénéisable avec la réalité des pratiques en milieu scolaire.

Les pays dont les systèmes éducatifs sont présentés comme des modèles de performances sont ébranlés et essaient tant bien que mal de trouver les solutions d’adaptation à cette nouvelle donne sécuritaire dont l’école doit tenir compte désormais.

Dans ces conditions, il est important de se demander à quel point seront affectés des pays comme le Bénin, qui affichent déjà de faibles performances éducatives, une faible capacité de rétention scolaire et de résilience et quelles réponses immédiates les acteurs du système éducatif sont en mesure d’apporter pour assurer  la  continuité  des  enseignements  pour  les  élèves.  

Mais  il  est  encore  plus  important d’imaginer ou d’explorer les opportunités de mutations qu’offre, au système éducatif national, cette pandémie.

Après la crise, trouver les moyens de jeter les bases d'un système éducatif moderne capable de mettre la technologie au profit de l’apprentissage, d’intéresser davantage l’apprenant en repensant le contenu des programmes et en adoptant des démarches pédagogiques, s’adaptant mieux à ses réalités afin d’inséminer en lui la capacité à résoudre les problèmes de vie.

I.Les impacts de la crise sur le système éducatif béninois

Avant le Covid-19, malgré un taux brut de scolarisation très proche de 100% sur plusieurs années2, les performances de l’école béninoise affichaient déjà un tableau peu reluisant. Une difficulté de rétention avec un niveau d’accès bas dans les cycles post primaires.

Par exemple, le taux d’achèvement au premier cycle du secondaire est de 45% alors qu’il est de 28% pour le second cycle4. Plusieurs sources d’informations s’accordent  pour constater que le niveau des acquisitions des apprenants béninois est largement en dessous des attentes notamment le rapport d’évaluation 2014 du PASEC/CONFENEM5 qui classe le Bénin à l’avant dernier rang sur dix systèmes nationaux d’Afrique évalués.

Bien que datant de plus de six années, ce rapport reste le dernier que le PASEC a publié et les résultats pour le Bénin ne doivent pas avoir fondamentalement changé à ce jour. D’ailleurs, ces  niveaux d’acquisition faibles sont confirmés par...Cliquez ici pour lire la suite.