SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

FADESP-UAC: le CESPo contourne le coronavirus avec les cours en ligne

Léonce Gamai
publié le Apr 17, 2020

Suspendus dans le cadre des mesures du gouvernement béninois contre le coronavirus, les cours du Master science politique fondamentale à la Faculté de droit et de sciences politiques ont repris depuis quelques jours. Mais ils se déroulent en ligne.

Le CESPo lance une plateforme de cours en ligne pour la poursuite des formations malgré le coronavirus 

Reprise des cours en Master science politique fondamentale à la Faculté de droit et de sciences politiques de l’université d’Abomey-Calavi depuis le 15 avril.

Une plateforme numérique de cours en ligne permet aux auditeurs de poursuivre leur formation alors que toutes les écoles et universités du pays sont fermées à cause du coronavirus.

Derrière l’écran de son ordinateur portatif, sa tablette ou son smartphone (téléphone intelligent) l’auditeur peut suivre les cours, prendre note et participer comme s’il était physiquement présent dans un amphithéâtre.

En plus des menus sur les cours, le calendrier, le profil de l’auditeur et ses fichiers personnels, entre autres, la plateforme de cours en ligne E-CESPo dispose d’un forum de discussion qui permet l’interaction entre auditeurs, puis entre enseignants et auditeurs.  

Lancée en 2017, le Master recherche en science politique fondamentale est domicilié à l’Ecole doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et Administratives (ED-SJPA) de l’UAC.

Le Master est piloté par le Centre d'Etudes Sociologiques et de Science Politique (CESPo) que dirige professeur Hygin Kakai, maitre de conférences de science politique, par ailleurs vice-doyen de la faculté de droit de l'UAC.

«Personnellement, c’est la première fois que je fais l’expérience du E-learning. Mais, je me suis tout de suite adapté. Cette adaptation rapide a sans doute été facilitée par la phase pilote, une sorte d’expérimentation qui a précédé le démarrage effectif des cours », témoigne Luc Adahou.

Ce responsable de promotion, qui salue une « initiative noble et salutaire », évoque néanmoins le défi de la qualité de la connexion internet. Il dit être convaincu que bien déroulés, les cours en ligne permettront  à ses camarades et lui d’atteindre leurs objectifs académiques respectifs.

Appel à la numérisation des cours

Dans le cadre de la riposte contre le coronavirus, le gouvernement béninois a décidé de la fermeture des écoles et des universités jusqu’au 10 mai.

Dans une lettre circulaire en date du 08 avril, la ministre de l’enseignement supérieur, Eléonore Yayi Landekan invitait les recteurs des universités nationales du Bénin à « élaborer et mettre à disposition des étudiants, des supports de cours en versions papier et électroniques dans les universités publiques ». Et ce, en attendant la reprise officielle des cours.

Une lettre du recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, adressée aux chefs d’établissement dans la foulée, leur fait savoir que «dans le contexte actuel de la pandémie du coronavirus, la généralisation du numérique dans le secteur de l’éducation et de la formation paraît plus que jamais cruciale pour assurer la conduite de l’enseignement en garantissant la sécurité sanitaire des étudiants et des enseignants ».

Le recteur, professeur Maxime da Cruz, les invitait à lui faire parvenir « le point des enseignants dont les notes de cours sont déjà disponibles en vue de leur numérisation ».

L’option de plateforme de cours en ligne adoptée par le CESPo pourrait inspirer d’autres entités de formation.