SECURITE HUMAINE 19 Commentaires

Pasteur Edgard Guidibi en prison : plusieurs plaignants, des millions F CFA en jeu

Olivier Ribouis
publié le Mar 6, 2020

Pensionnaire de la prison civile de Cotonou où il est gardé en détention depuis le 27 février, le pasteur Edgard Guidibi est assigné devant la justice dans une affaire de pisciculture. Des informations de Banouto indiquent que les plaignants réclament plusieurs millions de franc CFA.

pasteur-edgard-guidibi Pasteur Edgard Guidibi dans un moment de prière

Peu à peu, des détails sur le dossier du pasteur Edgard Guidibi. L’homme de Dieu et homme d’affaires béninois en détention provisoire à la prison civile de Cotonou a affaire à des investisseurs qui lui réclament des millions de franc CFA dans une affaire de pisciculture.

Selon des informations glanées par Banouto, c’est une histoire d’investissement qui a viré au cauchemar. Visé par une plainte pour escroquerie, Edgard Guidibi doit répondre de la gestion des investissements privés placés dans une affaire d’exploitation piscicole de Global Service, une entreprise qu’il a fondée et dirigée pendant de nombreuses années avant de se retirer pour se consacrer à ses œuvres de pasteur d’une église évangélique.

Les plaignants, apprend-on, sur proposition de Global, ont investi des millions pour acheter des cages piscicoles dans une exploitation qui devrait leur générer d’intéressants dividendes sur des années. « Des gens ont investi de gros montants et devraient percevoir des royalties. Mais, l’affaire a fait flop », indique une source selon qui, « il ne s’agit pas de petits investissements ».

L’exploitation piscicole basée à Pahou qui produirait déjà des tonnes de poissons au moment où Global a lancé son appel aux investissements aurait été fatalement affectée par la mort massive de poissons dans le lac  Toho à cause d’un produit toxique dont on ignore la provenance en mai 2018.

Ecouté et placé en détention provisoire à la prison civile de Cotonou, l’ancien conseiller de Boni Yayi devenu pasteur fera face au juge le 10 mars 2020 lors d’un procès.