SECURITE HUMAINE 6 Commentaires

Violences à Cotonou: des adeptes Egoun-goun se battent et se blessent

Donald Kevin Gayet (Stag)
publié le Feb 18, 2020

La rencontre de deux groupes d’adeptes du culte Egoun-goun dimanche 16 février à Cotonou a dégénéré. Bilan, six (06) blessés dans la bagarre.  

Un adepte du culte Egoun-goun

Violente altercation entre adeptes du culte Egoun-goun à Cotonou. A Cadjèhoun, dans le 12ème arrondissement de la capitale économique, la rencontre entre deux camps du culte Egoun-goun a donné lieu à une bagarre.

Selon les informations rapportées par Frissons radio, le bilan de l’affrontement fait 06 blessés.  Frissons radio apprend qu’une vieille mésentente couvait entre ces deux camps depuis longtemps. A l’époque, la préfecture de Cotonou a tenté de trouver des solutions. Après plusieurs réunions, des calendriers ont été établis pour chacun des protagonistes.

Mais force est de constater que dimanche 16 février 2020, les deux groupes se sont retrouvés sur le même itinéraire. Et très vite, cela a dégénéré en une bagarre donnant lieu à un spectacle peu habituel. Il a fallu l’intervention de la police républicaine pour calmer les ardeurs et mettre fin à la bagarre.

Une enquête est ouverte afin de situer les responsabilités. A ce sujet, la police a auditionné 4 personnes lundi 17 février 2020. Selon les sources de la radio les auditions continuent ce mardi.

Témoignage

Un initié et témoin des faits a expliqué à Banouto, ce qui s’est passé. « En fait le samedi dernier un revenant (Adjeran)  qui chassait les gens a chicoté un type qui est venu de Zongo.  Tout énervé il a menacé de venir tout saccager le dimanche avec ses gars et que le spectacle n'aura pas lieu dimanche.  Malgré  les appels au calme, il est venu effectivement le dimanche avec les drogués de Zongo qui ont saccagé effectivement  le lieu du spectacle avec des jets de pierre, des couteaux et j'en passe.  C'était un véritable  désordre. Aucun revenant n'est resté sur le lieu car automatiquement ils sont  rentrés au couvent ». 

Cet initié déplore une violation du culte. « A Cotonou mon culte n'est pas du tout respecté.  Avant de faire des spectacles egoun il faut consulter le Fa et ça  dit ce qu'il y a lieu de faire au fétiche Lègba pour éviter ces désordres-là ».