SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin / Licenciement à Soleil Fm : tristesse et amertume chez Guy Mitokpè

Ozias Hounguè
publié le Jan 23, 2020

L’ex-député Guy Dossou a réagi mercredi 22 janvier 2020 à la décision prise par le promoteur de la radio Soleil Fm de licencier le personnel après le non-renouvellement du contrat du média par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC).

guy-mitokpe L'ex-député et opposant béninois Guy Mitopkè

Guy Dossou Mitokpè est consterné par le licenciement collectif du personnel de radio Soleil Fm. Il a exprimé sa compassion et son soutien aux employés de cette radio privée licenciés de manières collectives, mardi 20 janvier 2020. Se prononçant sur sa page Facebook au lendemain de cette décision, le secrétaire général du parti Restaurer l’Espoir (R.E) a estimé que le personnel de la radio appartenant à l’opposant Sébastien Ajavon a été victime d’« un scénario politico-économico-administratif ». « Si le promoteur a été contraint d'aller au licenciement aussi facilement, il faut dire que ce sont des "lois" de la République qui ont favorisé cela », estime l’ex-député.

« Aucune Nation n'emprunte la voie du développement en "tuant" ses talents », critique Mitokpè. Pour l’opposant, la suspension et le licenciement du personnel de cette radio est une entrave au droit à l’information au Bénin. « Ce qui vous est arrivé, est un coup dur porté à notre droit d'être informé », déplore-t-il. Selon lui, cette décision du promoteur de la radio a été favorisée par « les dernières lois votées par la majorité mécanique du dernier vrai parlement, (7ème législature, ndlr) ».

Au-delà de la fermeture de la Radio Soleil FM, l’ex-député est surtout attristé que des pères et mères de famille qui travaillaient autrefois pour cette station se retrouvent désormais au chômage. « Qu'il s'appelle Virgile, Saturnin, Ismaël, Nelly et bien d'autres dont je ne pourrai citer le nom, sachez que vous êtes quelque part victimes de votre professionnalisme et aussi de votre courage », a-t-il ajouté avant de s’interroger : « À qui le tour prochainement ?».