SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin: Amnesty International alerte sur 17 personnes emprisonnées dont des journalistes en moins de 2 ans

Ozias Hounguè
publié le Jan 22, 2020

Au moins 17 personnes dont des journalistes ont été poursuivies ou emprisonnées par la justice béninoise pour des infractions liées au Code du numérique en vigueur depuis 2018 selon Amnesty International.

La liberté d’expression serait-elle menacée au Bénin ? Si on s’en tient à la dernière publication d’Amnesty International, on est tenté de répondre par l’affirmative. C’est plutôt ce que semble révéler l’organisation de défense des droits humains, sur l’état de la liberté d’expression au Bénin. Selon les publications d’Amnesty International, au moins 17 personnes dont des journalistes, des blogueurs et des opposants ont été emprisonnées depuis l’entrée en vigueur en 2018 de la loi portant Code du numérique en République du Bénin. « En moins d’un mois, deux journalistes, Ignace Sossou, Aristide Fassinou Hounkpèvi et huit autres cyber activistes sont devenus les dernières victimes des dispositions répressives de cette loi », alerte l’organisation.

Préoccupé par l’emprisonnement des journalistes, Amnesty International demande aux autorités béninoises une relecture de la loi n°2017-20 du 20 avril 2018 portant Code du numérique afin d’en extraire les dispositions jugées attentatoires à la liberté d’expression. « Les autorités doivent protéger les journalistes, les blogueurs, les activistes et défenseurs des droits humains conformément aux obligations internationales du pays en matière de protection des droits humains », affirme Amnesty dans sa publication.

« Opération zéro journaliste en prison »

Interrogé à ce sujet par Frissons radio, Zakiath Latoundji, la présidente de l’Union des professionnelles des médias du Bénin (UPMB) a déclaré que l’« opération zéro journaliste en prison » sera lancée dans le pays afin de mettre un terme à l’emprisonnement des  hommes de la presse pour des infractions liées au numérique. « Dans le cadre de cette opération, nous entendons menées différentes actions entre autres le plaidoyer pour la relecture de la loi portant Code du numérique au Bénin. Nous sommes acteurs des médias, il y a des lois que nous avons le devoir de connaitre et de nous comporter comme cela se doit vis-à-vis pour nous faciliter la tâche et nous amener à nous servir de façon plus efficace », a-t-elle déclaré.

Le dernier cas d’un journaliste emprisonné au Bénin est celui de Ignace Sossou, journaliste à Bénin Web TV. Il avait été condamné à 18 mois d’emprisonnement ferme et une amende de 200 000f dans le cadre d’une affaire qui l’opposait au procureur, Mario Mètonou. Le magistrat lui reprochait d’avoir en effet sorti de leur contexte ses propos tenus lors d’un forum de CFI en décembre 2019 à Cotonou. Le journaliste Aristide Fassinou Hounkpèvi interpellé par l’OCRC à quant à lui été libéré mais toujours placé à la disposition de la police.