SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin/Dossier Ignace Sossou: inquiétude chez les journalistes des médias digitaux

Ozias Hounguè
publié le Jan 7, 2020

Le Réseau des promoteurs et professionnels des médias digitaux (REPROMED Benin) dénonce la condamnation du journaliste Ignace Sossou à 18 mois de prison par la justice béninoise.

ignace sossou Ignace Sossou

 

Le REPROMED Bénin s’inquiète d’une atteinte à la liberté de presse dans l’affaire opposant le journaliste Ignace Sossou au procureur Mario Mètonou. Dans un communiqué rendu public le 30 décembre 2019, le Réseau des promoteurs et professionnels des médias digitaux (REPROMED Bénin), a déploré la condamnation du journaliste Ignace Sossou par le tribunal de première instance de Cotonou. « Le REPROMED Bénin a appris avec consternation, l’interpellation, la garde à vue et la condamnation du journaliste Ignace Sossou, journaliste à Bénin Web TV, un organe de notre réseau. Au terme d’un procès tenu avec une étonnante célérité, il a été condamné à 18 mois de prison ferme et une amende de 200.000 F CFA », lit-on dans le communiqué.

Pour le REPROMED Bénin, la condamnation du journaliste Ignace Sossou constitue « une atteinte manifeste à la liberté de la presse et une restriction inquiétante du champ d’exercice des médias digitaux ». « Le réseau compte sur la bonne foi et la souplesse des uns et des autres et espère un heureux dénouement dans cette affaire au terme de la procédure judiciaire qui se poursuit », signale-t-on.

Sur le courrier de Canal France Internationale (CFI) adressé aux autorités béninoises dans l’affaire Ignace Sossou, le REPROMED déplore « l’attitude » et les « termes inélégants et inappropriés » utilisés par l’Agence, et qui se sont avérés capitales dans « le déroulement du procès en défaveur du journaliste ». Le REPROMED Bénin appelle également à la relecture du Code numérique afin d’extirper « les dispositions » jugées dangereuses à « la liberté de la presse à l’ère des réseaux sociaux et des nouveaux médias ».