SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin/Foncier rural : plaidoyer à l’endroit des acteurs politiques et OSC

Donald Kévin Gayet (Stag.)
publié le Dec 19, 2019

Les acteurs politiques, des membres de la société civile et les cadres de l’administration se sont penchés, mercredi 18 décembre 2019 à Ouidah, sur les difficultés d’accès et de sécurisation d’accès des femmes au foncier rural.

seance-sensibilisation-kas-terre-ouidah Séance de sensiblisation des acteurs politiques et OSC pour l'accès des femmes à la terre

La fondation Konrad Adenauer se tourne vers des acteurs politiques et de la société civile au sujet du sort réservé aux femmes en matière du foncier au Bénin. Elle a initié un atelier qui réunit acteurs politiques et cadres de l’administration pour susciter non seulement des débats mais aussi des réflexions autour des enjeux de la gouvernance foncière favorable  à l’accès sécurisé des femmes aux terres agricoles. Selon Mounirou Tchacondoh, coordonnateur Bénin de la Konrad Adenauer Stiftung, la gouvernance  foncière est un facteur fondamental dans la lutte contre la pauvreté et le développement économique durable. « Les différents forums organisés visent à offrir un cadre de dialogue politique, d’échange de connaissance et de renforcement des capacités des acteurs pour une meilleure prise en compte de la question de l’accès et de la sécurisation d’accès des femmes au foncier rural », a-t-il déclaré.

Plusieurs communications ont été animées pour soulever les différentes raisons de l’accès facile des femmes à la terre en milieu rural. Pour Thérèse Zounon, chef service affaires foncières à la direction de la législation rurale, la principale difficulté des femmes à l’accès des terres est d’ordre sociologue et traditionnel. « Il existe dans certaines régions du pays où la femme n’a pas le droit d’être propriétaire terrien ni par héritage ni par l’achat ». Dans sa communication elle a expliqué que quelques-unes des femmes qui prennent l’initiative sans consulter leurs conjoints sont parfois mal vues et aussi renvoyées de leurs foyers ou « elles voient le nom du mari est attribué à leurs domaines ». Thérèse Zounon a estimé que ces pratiques ne favorisent donc pas l’éclosion des femmes en milieu rural en matière de l’autonomisation et de lutte contre la pauvreté.

En ce concerne la sécurisation des terres, Xavier Zola, juriste et expert foncier a rappelé les actes permettant de justifier le titre de propriété des terres. « Le titre foncier est le premier acte justificatif de propriété reconnu par le Code foncier au Bénin », a-t-il précisé. Le juriste a également fait savoir que « l’article 14 du Code foncier donne la possibilité à toute personne physique et morale de disposer des terres au Bénin ». Il a ainsi martelé que « la loi 2013-01 du 14 août portant Code foncier et domanial en son article 6, 1er et 8ème alinéa a prévu l’implication de l’approche genre pour l’intégration des femmes dans toutes les activités du secteur agricole. Les recommandations et engagements politiques permettront de prendre à bras le corps la question de l’accès et sécurisation de l’accès des  femmes au foncier rural.

Quid du projet « Un seul monde sans faim »

Les participants à la séance de sensibilisation

La fondation Konrad Adenauer Stiftung dans le souci d’un accès équitable et sûr aux ressources et aux terres ainsi que les droits d’usage des terres pour les femmes a initié le projet « Un seul monde sans faim » au Bénin, au Burkina Faso et au Togo. Et pour y parvenir, elle a identifié les groupes sur lesquels agir pour obtenir des résultats probants. Il s’agit des décideurs et acteurs politiques au niveau national et local, les autorités religieuses et traditionnelles, les organisations de la société civile et des femmes éclairées. L’approche de la fondation consiste à travers les différentes méthodes de travail à renforcer le dialogue entre les différents acteurs pour trouver des solutions adaptées aux problèmes qui se posent dans le domaine de l’accès de la femme au foncier agricole.