SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin/Budget 2020 : ALCRER et Social Watch plaident pour le secteur de la santé

Donald Kévin Gayet (Stag)
publié le Nov 18, 2019

L’Ong Alcrer et Social Watch Bénin se battent pour le bien-être de la population béninoise. Mardi 5 novembre 2019 à l’Assemblée nationale, elles ont plaidé pour la hausse du taux du budget exercice 2020 réservé au secteur de la santé.

martin-assogba-et-blanche-son Martin Assogba (à gauche), Directeur exécutif de l'ONG ALCRER et Blanche Sonon, Président du réseau Social Watch Bénin

Les investissements dans le secteur de la santé tiennent à cœur Social Watch Bénin et ALCRER. Dans un plaidoyer au parlement, les deux organisations de la société civile (OSC) ont estimé que la part du budget exercice 2020 réservée au secteur de la santé est insuffisante pour combler les attentes des populations. Ainsi, l’Ong Alcrer et le réseau Social Watch Bénin, dans leur plaidoyer mardi 5 novembre 2019 à l’Assemblée nationale, ont invité le gouvernement à augmenter la cagnotte réservée à la santé. « Nous suggérons que la part du Budget général allouée à la santé atteigne au moins 7% pour permettre de faire face aux défis relatifs au secteur sanitaire », a proposé ces deux organisations.

Mais avant, elles ont rappelé que la part du budget allouée au secteur a connu un repli de 7, 9% en 2015 à 5,3% en 2018 avant de s’établir à 5% en 2019. Ce taux étant « en dessous de la cible du PC2D (7,1%) et de l’accord d’Abuja qui recommande pour ce secteur au moins 15% du Budget de l’Etat », lit-on dans le document présenté au parlement.  

Avec les 7%, les OSC pensent que les investissements seront faits dans la malnutrition chronique sévère qui touche 11% des enfants de moins de 5 ans, classant le Bénin en 7ème position parmi les pays de l’UEMOA derrière la Côte d’ivoire (6%), le Burkina Faso (7,6%) et le Niger (5ème avec 10,3%). De même que dans la mortalité infanto-juvénile avec un taux de 96% en 2018 qui est plus élevé que la moyenne des pays de l’Afrique Subsaharienne (75%), de la CEDEAO (88%) et de l’UEMOA (85%).

Les OSC ont saisi cette occasion pour saluer les efforts du Gouvernement pour l’accroissement des dotations budgétaires allouées non seulement au Programme Elargie de Vaccination (1,8% du budget du secteur en 2019 de la santé) et pour la création d’une ligne budgétaire " FADeC santé communautaire".