SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Administration provisoire de la SONACOP : le syndicat parle d’une « décision salutaire »

Reliou Koubakin (Coll)
publié le Oct 15, 2019

Les travailleurs de la SONACOP acclament la mise sous administration provisoire de leur entreprise. Ils l’ont fait savoir ce mardi à Cotonou. Ils espèrent cependant que l’administrateur provisoire aura le bon profil. 

mireille-hounsegbe-sg-syntra-sonacop Mireille Elvire Hounsegbe, secrétaire générale du Syntra-Sonacop

Depuis 2010, de nombreux directeurs généraux sont passés à la tête de la société nationale de commercialisation des produits pétroliers, SONACOP. L’actuel, Noël Amonle, est un intérimaire place juin 2019. En conseil des ministres mercredi 9 octobre, le gouvernement a décidé de mettre la SONACOP sous administration provisoire en raison « des pertes récurrentes qui compromettent dangereusement son avenir ». Mais cet avenir paraît radieux, du moins si l’on en croit les employés réunis au sein du syndicat national des travailleurs de la SONACOP (Syntra-Sonacop).

Au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue ce mardi, ils ont estimé que le chef de l’Etat Patrice Talon a écouté leur appel au secours. Ils l’ont remercié pour son « esprit de clairvoyance et sa sagacité habituelle ». Car jusque-là, l’entreprise publique est passée de la liquidation, de la dissolution, de la privatisation sauvage à une administration provisoire, indique Mireille Elvire Hounsegbe, secrétaire générale du Syntra-Sonacop. Du coup, cette administration provisoire est considérée par les travailleurs comme un nouveau souffle de vie. Ils se sont engagés en outre à œuvrer pour la bonne gouvernance de la société, tout en rassurant « de leur ouverture totale aux réformes et aux sacrifices respectant les doctrines sociales et la dignité humaine… ».

Présent à cette assemblée générale extraordinaire, le secrétaire général de la CSA-Bénin, Anselme Amoussou, a laissé entendre que les travailleurs se sont battus avec leurs armes pour être à la moitié du chemin. « Le chemin est encore long », a-t-il poursuivi. Le syndicaliste a assuré le Syntra-Sonacop du soutien de la confédération qu’il dirige. Il a prié le gouvernement de faire en sorte que l’administration provisoire ne soit pas un cauchemar.

Le personnel de la SONACOP souhaite en revanche un meilleur profil pour l’administrateur provisoire. Dans sa déclaration, Mireille Elvire Hounsegbe, a parlé d’une personne « capable de lire les états financiers, capable de bonne gouvernance et intègre et qui n’est mêlé ni de près ni de loin à aucune malversation financière à la SONACOP et au Bénin ». C’est la deuxième fois que l’entreprise va être placée sous administration provisoire. La première fois remonte à 2006 et a duré quatre ans. Cette administration était plutôt un succès, disent les travailleurs, avant que la valse des directeurs généraux ne plombent la gestion de l’entreprise.