SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin-Accès à la terre : un roi contre l’exclusion des femmes à Zogbodomey

Olivier Ribouis
publié le Sep 26, 2019

Reçus au palais royal de Zadogagbé où ils sont arrivés dans le cadre d’un plaidoyer auprès des chefs traditionnels et coutumiers, leaders religieux du département du Zou pour un accès équitable des femmes au foncier en milieu rural, l’Ong Centre Africa Obota et la Fondation Konrad-Adenauer-Stiftung ont été agréablement surpris de constater un ferme engagement de sa majesté Dah Zodéougan Zoungongon, roi de Zogbodomey.

acces-femmes-terres-benin-konrad-adenauer-stiftung Le Coordonnateur de la fondation Konrad-Adenauer-Stiftung face au roi de Zogbodomey

Un roi s’oppose à l’exclusion des femmes dans la gestion des affaires foncières. Alors que les enquêtes ont démontré que les chefs coutumiers du Bénin sont, en vertu des us et coutumes, hostiles à l’accès des femmes à la terre, à Zogbodomey, deuxième étape d’une tournée dans les palais royaux du zou, le roi Zodéougon Zoungongon se démarque. C’est dans son palais de Zadogagbé qu’il a reçu mercredi 25 septembre 2019, une délégation de l’Ong Centre Africa Obota (CAO) et de la Fondation Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS) dans le cadre d’une tournée de « Plaidoyer en faveur de l’accès des femmes au foncier au Bénin ».

Installé après une litanie de panégyriques à sa gloire et à celle de ses ancêtres, le roi Zodéougon Zoungongon a pris soin de convoquer ses ministres, les dignitaires ainsi que les Na, incontournables dames de sa cour pour écouter le message des visiteurs.

La cause des femmes devant le roi

Introduit par l'administrateur national du CAO, Didier Zinsou, c’est le Coordonnateur national de la KAS, Mounirou Tchacondoh qui a délivré le plaidoyer à l’attention de sa majesté et toute sa cour. « Nous venons ici ce matin dans la cour royale pour plaider en faveur des femmes, notamment, leur accès et leur contrôle sur des terres afin de leur permettre de produire et de contribuer au développement des familles, des villages, des communes », a-t-il prié. Avant, fait savoir Mounirou Tchacondoh, cette démarche s’inscrit dans le cadre  de la mise en œuvre de l’initiative « Un seul monde sans faim » , décidée à partie d’un constat qui est qu’« en Afrique, notamment au sud du Sahara, la pauvreté touche beaucoup de communautés rurales et en particulier les femmes ». Et, entre autres causes de cette situation de précarité des femmes, qui selon les études sont plus impliquées dans les unités agricoles où elles jouent un rôle crucial, c’est la difficulté d’accès à la terre, outil majeur de production.

Tout en relevant l’état des lieux le coordonnateur de KAS n’a pas manqué de souligner les efforts de l’Etat béninois avec un cadre législatif favorable à l’accès des femmes à la terre à travers le code foncier et domanial ainsi que le code des personnes et de la famille.  Au roi et sa suite, le plaidoyer fait par Mounirou Tchacondoh est également appuyé par la diffusion de « Pourquoi pas la femme ? », un téléfilm qui expose l’injustice fait aux femmes dans le droit à l’héritage foncier dans les familles béninoises sur la base des us et coutumes.

Un roi en avance

acces-femmes-terre-konrad-adenauer-benin Le roi Zodéougon Zoungongon de Zogbodomey

Le message du coordonnateur de la KAS et le téléfilm n’ont pas manqué de susciter de vives réactions chez les dames de cour et même des hommes. Il ressort que le roi Zodéougan Zoungongon est un défenseur du droit d’accès des femmes à la terre. Il milite pour les femmes et leurs descendances, apprennent les témoignages. « Dans cette maison, j’ai eu un problème foncier. Mais, le roi n’a pas eu besoin de la loi pour régler ça. Je suis aujourd’hui bénéficiaire d’héritage et j’en fais usage », témoigne Hounsouhou Béatrice, une descendante de femme et gardienne du temple (na vodoun) au palais royal de Zadogagbé. D’un témoignage à l’autre, c’est l’unanimité sur l’engagement du roi en faveur des femmes. Il se dit que le roi privilégie plus les femmes selon la plainte d’un homme de la cour. Cette posture explique le chef coutumier lui-même, est une tradition depuis le roi Guézo connu comme un monarque réformateur, celui qui a créé la colonne des femmes guerrières du royaume de Danxomè dites les amazones. Il reconnait qu’avant Guézo, les Guédévis, fondateur du royaume ont instauré une exclusion des femmes des affaires foncières qui continuent de créer du tort aux dames.  «Je m’inscris dans la dynamique du roi Guézo car c’est la femme qui donne la vie… Nous estimons que les femmes peuvent mieux faire si elles ont la terre », a justifié le roi.

Chaque acte de donation qu’il fait, apprend le roi Zodéougan Zoungongon est consigné dans un registre et connu de tous les ministres de sa cour, assure sa majesté à propos de la sécurisation des terres données aux femmes.

Heureux de la démarche de Konrad-Adenauer-Stiftung et son partenaire, le CAO, le roi se dit davantage motivé à poursuivre son engagement pour l’accès des femmes à la terre sur l’ensemble de son territoire constitué de 9 arrondissements.  Mounirou Tchacondoh qui le surnomme "roi moderne", lui a également témoigné reconnaissance et espoir de voir sa détermination se transmettre à d’autres rois, chefs coutumiers et leaders religieux dans le département du Zou où la tradition reste encore la bible des populations.