SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin : 4468 enseignants sous le coup d’une radiation après l’évaluation diagnostique

Yao Hervé Kingbêwé
publié le Aug 25, 2019

Absents à l’évaluation diagnostique organisée samedi 24 août, au moins 4468 risquent une radiation pure et simple de la fonction publique.

salimane-karimou Salimane Karimou, ministre des enseignements maternel et primaire

Les enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire recrutés en agents contractuels de l’Etat en 2008 qui, sans motif valable, n’ont pas pris part à l’évaluation diagnostique ont de gros souci à se faire, notamment quant à leur emploi dans la fonction publique. Les autorités béninoises sont fermes quant au sort réservé aux enseignants boycotteurs. Lors des différentes sorties avant l’évaluation, le ministre des enseignements maternel et primaire et son collègue de l’enseignement secondaire avaient déjà fait savoir que les enseignants boycotteurs seront considérés comme démissionnaires.

Samedi 24 août, après l’évaluation, Salimane Karimou, ministre des enseignements maternel et primaire, a clairement fait savoir à la radio nationale que les enseignants qui ont fait l’option du boycott de l’évaluation « vont subir tout simplement, les rigueurs de la loi ». Selon le ministre, seuls les enseignants concernés par l’évaluation qui donneront, preuves à l’appui, des raisons valables pour justifier leur absence, auront la chance de prendre part à une session de remplacement à venir.

L’évaluation diagnostique a été décidée par les autorités gouvernementales pour « renforcer » le niveau des enseignants. Au moins 18 047 enseignants du primaire, de la maternelle et du secondaire repartis sur l’ensemble du territoire national sont concernés par l’évaluation. Mais selon les statistiques rendues publiques à l’évaluation perturbée par endroit, au moins 4468 ne se sont pas présentés dans les centres de composition. A moins d’avoir des motifs, ces absents risquent, malheureusement, d’être mis à la porte de la fonction publique.