SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Parc Pendjari/Terrorisme : le Bénin veut ériger un mur pour se protéger

Ozias Hounguè
publié le Jul 1, 2019

Les autorités béninoises ont l’intention d’ériger « une clôture électrifiée » dans le Parc Pendjari après l’enlèvement le 1er mai de deux touristes français et l’assassinat de leur guide béninois. C’est que révèle le Magazine panafricain Jeune Afrique dans son numéro 3051 du 30 au 06 juillet 2019.

mur-electrique Les autorités béninoises veulent construire pareil mur autour de la Pendjari

Le Bénin veut protéger le parc de la Pendjari du terrorisme. L’ONG sud-africaine, African Park, à qui la gestion du parc a été confiée, a conseillé aux autorités béninoises de construire un mur afin de le protéger des « incursions jihadistes », apprend Jeune Afrique. Le projet d’érection d’une clôture électrifiée autour de la Pendjari intervient quelques mois après l’enlèvement le 1er mai de deux touristes français et de leur guide béninois retrouvé mort quelques jours plus tard.

Selon les informations rapportées JA, la construction de la clôture électrifiée par le Bénin se heurte à la résistance de l’UNESCO et des pays voisins qui partagent le parc avec le Bénin. Du 19 au 21 juin 2019 à Ouagadougou, les organismes de promotion du tourisme des pays de l’UEMOA, ont fait part de leurs griefs contre ce projet du Bénin. Ils jugent qu’il ruinerait la transhumance des animaux, des personnes et des biens dans l’UEMOA.

Le Parc Pendjari qui couvre une superficie de 4.800 km2, reste le plus grand écosystème intact d’Afrique de l’Ouest et du dernier refuge de la plus grande population d’éléphants et de lions de la région. Il est également classé « réserve de biosphère transfrontalière » par l’UNESCO. Il constitue une composante principale du complexe transnational W-Arly-Pendjari (WAP) de 35.000 km², réparti sur trois pays dont le Bénin, le Burkina Faso et le Niger.