SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin/Littérature : Hugues Lokossa envoie « L’esprit du palmier » en mission

Gildas Salomon
publié le Jul 1, 2019

L’écrivain Hugues Lokossa est l’auteur d’une nouvelle œuvre.  Samedi 29 juin 2019, il a procédé à Cotonou au lancement officiel du roman « L’esprit du palmier » dans lequel, il peint le quotidien d'un personnage qui a vaincu la fatalité de la cécité. C’était en présence des passionnés de la lecture et de quelques curieux venus découvrir l’auteur.

hugues-lokossa-au-lancement-de-son-roman-l-esprit-du-palmier Hugues Lokossa au lancement de son roman, "L'esprit du palmier"

Après « le bonheur à 5 millions », l’auteur Hugues Lokossa revient avec un nouveau chef-d’œuvre. Samedi 29 juin 2019, il a révélé aux lecteurs le titre de son deuxième roman, « L’esprit du palmier ». En 141 pages, l’auteur s’est fait la voix des sans voix.

Une posture qui lui a permis de raconter en toute aisance l’histoire d’une héroïne atypique, inspirée d’une expérience vécue. Le lecteur y découvrira à travers les lignes la place de la femme dans la société, les difficultés liées à l’accès des filles à l’école, d’apprendre le braille au Bénin et d’élever un enfant dans des conditions difficiles.

Selon Hugues Lokossa, cet ensemble de thématiques abordées par « L’esprit du palmier » est choisi à dessein. « L’objectif était de raconter une histoire qui puisse permettre aux personnes comme vous et moi de vivre le quotidien d’une personne diminuée », justifie-t-il. « L’esprit du palmier, c’est l’esprit qui encourage à avancer, quelles que soient les difficultés et surtout à ne jamais abandonner », a-t-il ajouté.

acheteurs-du-roman-de-hugues-lokossa Les premiers acheteurs de "L'esprit du palmier", après son lancement

Loin de lui l’idée de se mettre plein les poches ou d’espérer une quelconque célébrité, l’écrivain béninois veut avant tout susciter le changement par l’exemple. « Ce que je souhaite pour cet ouvrage c’est qu’il serve d’exemple. Non pas pour les grandes personnes, mais beaucoup plus pour les jeunes qui ont besoin de lire des histoires simples et de s’en inspirer afin d’avoir les bons réflexes », a-t-il laissé entendre.

Une corde de plus qui surprend

Spécialiste en renforcement des systèmes de santé, Hugues Lokossa a surpris plus d’un à travers sa plume. Rodrigue Atchaoué, directeur des éditions « Savanes du continent » a été le premier. D’ailleurs, il ne l’a pas caché. « Au début quand il m’a soumis le manuscrit, j’avais pensé que c’était une œuvre vraiment scientifique. J’ai été très surpris en découvrant le contenu », a-t-il fait savoir. Il s’est alors réjoui que « la littérature ne soit plus l’apanage d’une caste donnée, mais que les écrivains viennent de tous les secteurs ».

Pour Gilles Amlon, Psychologue et éducateur à qui l’honneur est revenu de préfacer « L’esprit du palmier », Hugues Lokossa a du mérite. « Ecrire c’est d’abord de la culture. Avoir beaucoup de curiosité pour comprendre le monde qui nous entoure et pouvoir en parler en suite », a-t-il confié.

Pour avoir tenté d’écrire par le passé sans y parvenir, Gilles Amlon a reconnu « la discipline » de l’auteur qui lui a permis de concrétiser son projet d’écriture. « C’est un livre dont la lecture est simple et fluide. Et je voudrais aussi saluer le fait que Hugues ait franchi toutes ces difficultés et qu’au bout qu’il ait mis dans nos mains un livre », s’est réjoui le préfacier de « L’esprit du palmier ».

Conscient de l’effort peu récompensé des écrivains, l’éditeur du roman se dit persuadé que la tendance peut être inversée. « On peut surmonter cette pente et faire de lui ce qu’il est, si nous faisons l’effort d’acheter des livres béninois, africains », a-t-il suggéré à l’assistance.

Pour l’œuvre « L’esprit du palmier » éditée depuis un an en Anglais et cette fois-ci en Français, Hugues Lokossa, ne formule qu’un souhait. « Qu’il soit dans toutes les maisons pour que beaucoup le lisent et le partagent ».