SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin : naissance du SYNTRA-SOT pour défendre les intérêts des travailleurs de la SOTIBE

Yao Hervé Kingbêwé
publié le Apr 1, 2019

Les travailleurs de la Société de transformation industrielle du Bénin (SOTIBE) ont mis, dimanche 31 mars 2019, sur pied un syndicat pour défendre leurs intérêts mais aussi œuvrer pour le développement de leur entreprise.

anselme-amoussou Anselme Amoussou, Secrétaire général de la CSA-Bénin

Un nouveau-né dans le monde syndical. Le Syndicat national des travailleurs de la Société de transformation industrielle du Bénin (SYNTRA-SOT). L’acte de naissance du nouveau syndicat a été signé dimanche 31 mars à la faveur d’un congrès constitutif à la Bourse du travail à Cotonou.

Selon le président du comité d’organisation du congrès, Brice Adjilé, la création de ce syndicat est une première dans l’histoire de la carrière des agents de la SOTIBE. Au dire de Brice Adjilé, la création de ce syndicat est mue par la situation « peu favorable » des travailleurs de l’entreprise et la quasi-inexistence d’un dialogue employeur-employés.

Le SYNTRA-SOT a décidé de rejoindre la « grande barque de lutte de la CSA-Bénin (Centrale des syndicats autonomes du Bénin Ndlr) ». Procédant à l’ouverture du congrès, le secrétaire général de la CSA-Bénin, Anselme Amoussou s’est réjoui de la grande mobilisation des travailleurs de la SOTIBE. « On ne peut pas voir une telle mobilisation et ne pas vous soutenir. Vous avez le soutien de la CSA-Bénin », a d’abord rassuré Anselme Amoussou avant de rappeler aux nouveaux syndiqués leur objectif premier. « Dans la tête de vos employeurs, le syndicat, c’est le diable. Le premier objectif, c’est de montrer que vous n’êtes pas un syndicat comme les autres. Vous devez montrer à l’employeur que vous n’êtes pas là pour casser l’entreprise mais pour contribuer à son développement », a indique le premier responsable de la CSA-Bénin.

La naissance du syndicat, a fait savoir Anselme Amoussou aux militants du SYNTRA-SOT, est un pas important, mais le plus facile. « Le plus difficile reste à venir », a signifié le SG Amoussou aux nouveaux syndiqués leur indiquant qu’ils devront travailler à mobiliser tous les travailleurs, notamment qui sont encore réticents à rejoindre leur organisation syndicale pour non seulement défendre les intérêts des travailleurs mais aussi ceux de l’entreprise. Anselme Amoussou a également mis l’accent sur la nécessité pour les membres du syndicat a toujours privilégie le dialogue comme principal arme de lutte et les a invités à la solidarité.

Le SYNTRA-SOT est dirigé par un bureau de onze membres ayant à sa tête Marc Edjagon.