SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin- journalisme et communication : des diplômés « biens » sortent de l’ENSTIC à l’UAC

Gildas Salomon
publié le Mar 16, 2019

A l’Ecole Nationale des sciences et techniques de l’information et de la communication(ENSTIC), ont eu lieu ce samedi 16 mars 2019, les soutenances de fin de formation en Licence pour le compte de l'année 2017-2018. Pour cette première vague, 14 impétrants ont défendu leurs travaux de recherche devant les différents jurys en présence des parents et amis.

enstic-journalisme-communication-benin Une étudiante de l'ENSTIC-UAC

9heure 38 minutes. Salle 1 à l’Ecole nationale des sciences et technique de l’information et de la communication sise à l'Université d'Abomey-Calavi. Deux membres du jury se tiennent debout pour rendre publique ce qui résulte de leur délibéré. En face, Gbénou Ramia en fin de formation, a les bras croisés. Dans une veste de couleur bleue-nuit, elle attend avec impatience sa mention. Le Dr Wenceslas Mahoussi, président du jury prend la parole: « Le jury vous a écouté tant dans votre présentation orale que dans l'appréciation de votre travail écrit et accepte votre mémoire ». Ramia retrouve son sourire mais toujours dans l'expectative. « Toutefois » ajoute le président du jury « nous demandons que le document soit actualisé et corrigé. Le jury vous donne 14 comme note. » C’est à cet instant que les parents et amis ovationnent pour la délivrance.

Pendant une dizaine de minutes, l’impétrante a planché sur le thème « Pratique du journalisme d’investigation au Bénin: Limites et contraintes. Cas de canal 3 Bénin ». Pour Ramia Gbénou, la note obtenue relève d’une œuvre de Dieu. « Avec tous les reproches je ne m’attendais pas à cette note. Je remercie beaucoup mon Dieu ».

Dans les allées du premier étage, Pédro Mensah Gbèha, un autre impétrant attend aussi son tour. Le visage rivé sur l'écran de son ordinateur portatif, il revisite les différentes notions de son mémoire. Il est tout sauf triste. « Je ne suis pas du tout triste, mais je suis très stressé. Un stress qui me réconforte », lance-t-il. A ses côtés, ses oncles et sa grande sœur  pour le soutenir.

Dans ce moment de stress de couloir, plusieurs autres impétrants ajustent dans le silence, leurs travaux de recherche. C’est le cas de Martiale Acakpovi. Alors qu’elle revoyait avec une de ses proches certains détails, on la fit appeler. Direction salle 2. A 11heures, le jury de Pédro aussi s’installe. Il est composé de Maurice Mahounon et de Alexis Gnanguenon, actuel Directeur de l'ENSTIC. Il a travaillé sur le thème « Production de magazine de reportages sur Radio Parakou, de 2016 à 2018: Analyse et perspectives ». La tâche est loin d’être aisée face à ce jury averti. Mais entre méthodologie de recherche et professionnalisme, l’étudiant a su trouver le juste milieu. Au terme de 10 minutes de présentation, le jury décide à l’unanimité d’accepter son travail en lui octroyant la mention « Bien ».

Approché pour donner ses impressions, Pédro a préféré dédier cette mention à tous ceux qui lui ont donné un coup de main lors de la réalisation de son mémoire.

L’« ENSTIC n'est pas partie de rien »

enstic-journalisme-communication-benin Un étudiant de l'ENSTIC-UAC face au jury

 Crée depuis 2011, c’est la cinquième promotion d’étudiant que l’ENSTIC met ce samedi 16 mars 2019 sur le marché de l’emploi. Selon Dr Wenceslas Mahoussi, Directeur adjoint de l’ENSTIC, Il s’agit de < »14 étudiants qui ont totalement validé leur cursus, toutes les unités d’enseignement ». Ils ont abordé plusieurs thématiques. Notamment,  les genres journalistiques, la pratique du journalisme en ligne mais également sur les thèmes liés à la femme et à la santé en lien avec les médias. A l’œuvre depuis 8 heures, Wenceslas Mahoussi  a déjà suivi trois impétrants cette matinée. Avant de prendre connaissance du reste des appréciations, il se frotte déjà les mains. « Le niveau des étudiants est relativement bien. J'ai donné deux 16 et 14 comme note. Je crois que les encadreurs ont aussi fait un gros boulot. Ça prouve que l’ENSTIC n’est pas parti de rien » s’est-il réjoui.

Cette soutenance étant la première vague de la 5ème promotion, le Directeur adjoint fait savoir que « d'ici trois semaines environ, l'école fera soutenir la deuxième et dernière vague de l'année 2017-2018 ».