SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin-Législatives 2019: Anselme Amoussou écrit aux candidats sur la paix sociale (Lettres aux futurs députés)

La Rédaction
publié le Feb 22, 2019

L’auteur de la 4ème lettre aux futurs députés, initiative du Civic academy for Africa’s future (Ciaaf) est le syndicaliste Anselme Amoussou. Le Secrétaire Général de la   Confédération des Syndicats Autonomes du Bénin (CSA-Bénin) interpelle les probables futurs parlementaires dans un texte intitulé «le député et la paix sociale». Ci-dessous l’intégralité de sa lettre.

lettres au futurs députés anselme amoussou benin Le syndicaliste Anselme Amoussou parle aux futurs députés de leurs responsabilités dans la préservation de la paix sociale

 

Le Bénin se vante de la paix sociale qu’il préserve depuis le renouveau démocratique. C’est une singularité précieuse dans un environnement géopolitique perturbé par des instabilités sociales. Une paix relativement précaire qui a souvent été malmenée par des conflits sociaux générés par la mauvaise qualité du dialogue social. Or, seule une paix sociale durable peut contribuer au développement et à l’épanouissement. Le renforcement de cette paix incombe entre autres au parlementaire à travers l’une de ses missions premières, le vote des lois.

Le renouvellement du mandat des députés pour une huitième mandature offre l’opportunité aux travailleurs d’attirer l’attention du futur député sur la nécessité d’adopter une démarche susceptible de contribuer à la préservation et à l’enracinement de la paix sociale.

Nous devons tirer leçon des pratiques parlementaires passées pour mieux contribuer à la paix sociale.

Dans ce sens, que retenir du député de la septième législature ?

La 7ème législature a été très prolifique en matière de législation. Plus de 140 textes de lois étudiés et votés. C’est un record selon les observateurs. Et il faut en féliciter les membres de cette mandature. Mais, ces lois portent-elles en elles les germes d’une paix sociale durable, d’un projet de progrès économique durable ? Le député de la 7ème législature a-t-il véritablement travaillé à consolider la paix sociale ?

Nous devons nous rappeler que l’élément déclencheur des mouvements de grève de l’année 2018 a été la modification de la loi portant exercice du droit de grève1 et celle portant statut général de la fonction publique2. L’action législative a ainsi généré une tension sociale sévère. Onze (11) semaines de perturbations de la paix sociale provoquées par une loi d’initiative parlementaire. Reviendriez-vous, cher futur député, sur les lois polémiques de la 7èmelégislature qui ont mis à mal la paix et la cohésion sociales ?

Que peut-on attendre de vous, député de la 8ème législature ?
 
Cher futur député, comment comptez-vous être un artisan de la paix sociale à travers le style d’exercice de votre mandat ? Comment ferez-vous pour rechercher constamment la légitimité de votre action au-delà de celle que vous confère votre élection tout en exerçant pleinement votre fonction législative ?

Vous ne devez pas vous satisfaire exclusivement de la pertinence et de l’utilité de votre action. Mais au contraire, en tant qu’acteur public dans une démocratie en adolescence, vous devez aussi viser et revendiquer la légitimité de l’intervention publique.

Le gain de vos actes parlementaires, pour le bien-être commun, passe aussi par le gain pour l’apaisement social. Concilier ces deux impacts positifs est ce qui a manqué à la mandature finissante. Il est aussi attendu de vous que vous œuvriez, aussi bien dans vos relations avec vos adversaires politiques que les acteurs de la société civile, les citoyens et plus particulièrement les organisations syndicales, à la construction et à la préservation de l’apaisement social.

Cher futur député, pouvez-vous rassurer les organisations syndicales de travailleurs de votre engagement à exercer votre mandat en…Cliquez pour lire la suite