SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin : le ministère des Affaires Etrangères accorde les violons avec les syndicats des diplomates

Olivier Ribouis
publié le Feb 23, 2018

 Ouvert jeudi 22 février à Cotonou,  le premier Conseil sectoriel de dialogue social  de l’année au ministère des Affaires étrangères s’achemine à sa fin sous d’heureux auspices. Ceci, selon un point fait de William Comlan, Directeur de cabinet du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération face à la presse ce vendredi.

ministere-affaires-etrangeres-benin Le directeur de cabinet (à.m) face aux syndicalistes du MAEC

Au ministère béninois des Affaires Etrangères et de la Coopération, l’efficacité semble être au rendez-vous au niveau du Conseil sectoriel de dialogue social. Depuis jeudi 22 février, les syndicats de diplomates et les responsables de l’administration ont pris langue pour faire le point des revendications et des satisfactions. En attendant, la conclusion des travaux qui sont en cours, William Comlan, Directeur de cabinet du ministre Aurélien Agbénonci a levé un coin de voile sur les tenants de cette rencontre.  « Nous travaillons depuis hier dans une ambiance conviviale. Les partenaires sociaux ont jusque-là, fait preuve d’une objectivité qui est à noter par rapport à l’appréciation des problèmes qu’ils vivent au niveau du ministère et à chaque niveau des revendications qui ont été faites à Grand-Popo, à la fin de l’année dernière. Nous avons apprécié une à une pour voir le chemin parcouru » a fait savoir M. Comlan. Dans ce ministère, les revendications sont de différents ordres. « Il y en a qui ont trait aux conditions de vie et de travail au niveau du ministère, il y en a qui ont trait à la carrière des diplomates. Dans les fonctionnements ordinaires, il y a les affectations en poste, le redéploiement du personnel à l’interne » a rappelé le Directeur de cabinet. Les discussions entre les deux parties ont permis de trouver des solutions. « Il y a certaines pour lesquelles les solutions ont été trouvées et cela a été reconnu par tout le monde.  Il y a d’autres pour lesquelles on a encore du travail à faire. De nouvelles revendications ont été formulées ce matin et nous avons passé correctement du temps sur les actions à mener au fur et à mesure » résume le représentant de l’Etat béninois.

A(RE)LIRE:Bénin-Défalcation sur salaire : l’UNAMAB annonce une grève de protestation de cinq jours

Franc jeu

Pas de complaisance dans les discussions à en croire M. Comlan qui assure d’une franche négociation entre les deux parties. « En même temps qu’on définit les actions, nous disons au niveau de l’administration quel directeur peut être en charge de la gestion de ces revendications pour que des solutions soient trouvées. Nous sommes à ce stade et nous nous acheminons vers la fin. Nous prendrons le temps pour qu’un procès-verbal soit élaboré, que nous allons tous signer et qui va nous engager » a-t-il indiqué. Sans jurer de rien, il pense que les diplomates ont conscience des dommages qu’une grève dans leur secteur peut avoir sur l’Etat béninois : « Nous sommes un ministère particulier. Nous représentons l’Etat à l’extérieur et à ce titre les diplomates savent très bien que la paralysie des activités au ministère peut avoir des implications importantes ».  Aussi-a-t-il assuré, « Au niveau de l’administration nous faisons tout ce qu’il faut  pour que nous n’atteignions un point de non-retour qui pousse à bloquer les activités ».

A LIRE AUSSI: Bénin : la défalcation sur salaires de février plombe les négociations gouvernement-syndicats