Arifari Bako : le député refuse un Règlement de "parlement monocolore"

Olivier Ribouis
publié le Jul 7, 2020

Dans une intervention lors du débat sur la révision du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le député Arifari Bako s’est prononcé contre l’adoption d’un modèle de parlement monocolore.

arifari-bako Arifari Bako

Le député Arifari Bako a lâché l’expression. Alors qu’il faisait des remarques sur la révision du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale lundi 06 juillet, le député du Bloc Républicain Arifari Bako a usé de l’expression « Parlement monocolore » pour désigner la 8ème législature à laquelle il appartient.

Selon le quotidien Fraternité qui a fait un point du débat des députés à l’hémicycle, c’est sur l’article 24 du règlement en cours d’adoption qu’ils se heurtés.  La disposition de l’article qui traite de l’organisation des groupes parlementaires ne satisfait pas le député Arifari Bako qui a tenu à le faire savoir.

« …L’article 24.1 dit que les députés s’organisent en groupe parlementaire par parti politique. Il faut simplement ramener l’ancienne formulation que nous avons sur le tableau : ‘’Les députés peuvent s’organiser par groupe parlementaire par affinité politique », a souhaité le député président de la Commission des droits de l’homme des parlementaires de l’Union interparlementaire (UIP).

La révision du Règlement intérieur qui a lieu à l’Assemblée se justifie entre autres par de récurrentes violations constatées et la nécessité d’une mise à jour du texte qui date de bien longtemps, selon les initiateurs.  Arifari Bako estime que ce n’est pas une raison suffisante. « Sur les 500 et quelques cas de violation des droits des parlementaires, je peux vous dire que plus de 300 cas relèvent de situations du genre où les groupes parlementaires sont constitués sur la base des partis politiques dans un certain type de pays que je ne voudrais pas évoquer ici et ce que cela entraîne comme abus à l’interne des formations politiques et consorts. C’est pour cela que si vous reprenez même les textes de l’Union Interparlementaire, les recommandations vont dans un autre sens. Les partis politiques sont considérés lorsqu’il s’agit des régimes parlementaires ; c’est-à-dire des régimes où c’est la majorité parlementaire qui dirige le gouvernement ou dans quelques cas de régime semi-parlementaire », souligne le député dans les colonnes de Fraternité.

AU Bénin, rappelle-t-il. « Nous sommes dans un régime présidentiel total ». Dès lors plaide Arifari Bako : «  Evitons de créer des précédents qui puissent nous amener à des problèmes plus tard (...) ».

Ce qui l’offusque, c’est le traitement qui est réservé aux députés qui n’appartiendront pas à un groupe parlementaire.  « L’article 24.4 dit qu’un député qui n’appartient à aucun groupe parlementaire est un non-inscrit. S’ils sont non-inscrits, des députés peuvent être une catégorie de parias au sein de l’hémicycle et constituer une masse-critique à un moment. Ne prenez pas le modèle que nous avons aujourd’hui, excusez-moi le terme, un Parlement monocolore et penser que les choses seront toujours ainsi… », a-t-il déploré selon le journal.