POLITIQUE 0 Commentaire

Armand Gansè : le procureur Mètonou ordonne une enquête après la vidéo xénophobe

Olivier Ribouis
publié le Apr 22, 2020

Après la diffusion sur les réseaux d’une vidéo dans laquelle on voit Armand Gansè faire des déclarations xénophobes contre des membres d'uune ethnie installée à Bohicon, le Procureur de Cotonou, Mario Mètonou a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire.

procureur-mario-metonou Procureur Mario Mètonou

L’affaire prend une autre tournure. La vidéo de Armand Gansè est désormais l’objet d’une enquête judiciaire. Le procureur Mario Mètonou a ordonné ce mercredi 22 avril 2020, une enquête sur la vidéo dans laquelle l’on aperçoit Armand Gansè faire des déclarations xénophobes ciblant  des membres d’une ethnie installée à Bohicon. Selon l’actuel DG de la SOGEMA, les membres de cette ethnie dont il parle ne devraient prétendre se faire élire député.

L’enquête selon nos sources, est confiée à l’Office central de répression de la cybercriminalité (OCRC). L’auteur de la vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux pourrait être inculpé pour les faits de « injure avec une motivation raciste et xénophobes » conformément à l’article 551 du code du numérique  qui prévoit pour ces faits, une peine de six mois à sept ans d’emprisonnement. L’auteur pourrait également être inculpé pour des faits d’« incitation à la haine » qui est prévu à l’article 552 du même code avec une peine d’emprisonnement de un an.

armand-ganse Armand Gansè

Les propos du candidat du Bloc républicain (BR) ont été fermement condamnés par son propre parti.  Dans un communiqué signé du Secrétaire national Abdoulaye Bio Tchané, le Bloc républicain s’est désolidarisé des déclarations de Armand Gansé qu’il juge contraire à ses valeurs.

« Vous ne faites pas honneur au parti politique dans lequel vous êtes. S’il y avait la possibilité, moi je demanderais qu’on te retire de la liste », a aussi réagi Martin Assogba,  le président de l’Association de lutte contre le Racisme, l’Ethnocentrisme et le Régionalisme (ALCRER Ong). « Je vous ai écouté avec beaucoup de peine. Mais comment vous pouvez tenir des propos du genre ? », s’est indigné le président de ALCRER Ong.