Boni Yayi: «Talon a confirmé sa phobie de l’opposition et de la compétition»

Yao Hervé Kingbêwé
publié le Apr 5, 2020

L’ancien président Boni Yayi estime que son successeur Patrice Talon a la « phobie de l’opposition, de la contradiction et de la compétition ».

Boni Yayi accuse le président Talon d'aversion à la compétition

Patrice Talon est-il toujours le « compétiteur-né » comme il se présente ? Boni Yayi pense que non. L’ancien chef de l’Etat béninois estime que son successeur à la présidence de la République du Bénin n’aime pas l’adversité. « Le président Talon a confirmé sa phobie de l’opposition, de la contradiction et de la compétition », a écrit Boni Yayi dimanche 5 avril dans un message sur sa page facebook.

L’ancien locataire du palais présidentiel estime que le président Talon a donné la preuve de sa "phobie à l'opposition, à la contradiction et à la compétition" lors la dernière députation d’avril 2019. Seuls partis politiques, tous de la mouvance présidentielle, ont été autorisés en avril 2019 par la Commission électorale à prendre part aux élections législatives. Les partis d’opposition au régime avaient été exclus pour n’avoir pas su se conformer aux nouvelles lois électorales. Une première au Bénin marquée par des violences meurtrières.

L’ancien président béninois pense que le chef de l'Etat Patrice Talon confirme sa "phobie à l'opposition, à la contradiction et à la compétition" avec les communales et municipales du 17 mai prochain. Pour les élections communales et municipales, cinq partis sont retenus. A savoir l’Union progressiste (UP), le Bloc républicain (BR), le Parti du renouveau démocratique (PRD), l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (UDBN) et la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE).

« Les partis en compétition sont tous de la majorité présidentielle », écrit Boni Yayi. L’ancien président béninois qui accuse Patrice Talon de vouloir réinstaurer le parti unique estime que FCBE, seul parti de l’opposition dans la liste des partis retenus pour le scrutin, est « désormais bel et bien un pôle politique du président Talon ».