Patrice Talon : « Nous allons perdre des libertés incompatibles avec l’intérêt général »

Olivier Ribouis
publié le Feb 19, 2020

A la télévision nationale, dans une causerie avec des journalistes dans le cadre du 30ème anniversaire de la démocratie au Bénin, le Président Patrice Talon a prévenu les Béninois qu’il y a des sacrifices à faire pour atteindre le développement.

patrice-talon-democratie-liberte Patrice Talon

Patrice Talon ne s’en cache pas, il veut amener les Béninois à goûter aux délices du développement. Mais, cela ne se fera pas sans des sacrifices sur le plan des libertés. Le Chef de l’Etat y est allé en toute franchise avec les journalistes mercredi 19 février 2020 dans une causerie diffusée sur la télévision nationale ORTB.

Interrogé sur la lutte contre l’impunité, il affirme qu’ « il y a plusieurs façons d’interpeller la conscience des siens ».  Le Président Talon pense  qu’à travers la Conférence des forces vives de la nation de février 90 qui a ouvert  la voie du Renouveau démocratique dans son pays, « les Béninois ont fait la preuve qu’ils sont capables de changer leur destin, de subir des mutations ».  Il en est particulièrement fier. « Nous l’avons fait en 1990 par la Conférence nationale. C’est ce que nous célébrons d’ailleurs », soutient le chef de l’Etat.

Cette démocratie si chère aux Béninois, du point de vue du Président, a manqué de générer le développement tant souhaité par ses compatriotes.  « Nous sommes en train de le faire à nouveau, de dire 30 ans après nous avons instauré la démocratie, les libertés, le modèle de l’économie libérale. Nous avons vu que nous n’avons pas été en mesure d’exploiter tout cela pour le développement, qu’on ne s’est pas mis scrupuleusement au travail. On a pensé que la Conférence nationale suffirait à elle seule pour créer la richesse, le développement, les emplois. On vient de constater que non ça n’a pas suffi. Voilà ce qui nous a manqué », argumente le richissime homme d’affaire qui est arrivé au pouvoir en avril 2016.

patrice-talon-democratie-liberte Patrice Talon

Estimant pour sa part qu’il faut changer de dynamique Talon imprime aux Béninois une thérapie de choc et l’assume. Mieux, il prévient que sur le chemin du développement, des libertés vont en pâtir.  « Nos habitudes, nous allons les corriger Nous allons faire plus d’efforts, nous allons faire des sacrifices. Nous allons perdre des choses, des libertés qu’on avait et qui devenaient incompatibles avec l’intérêt général », a déclaré Patrice Talon selon qui, le Bénin était « pratiquement dans l’anarchie qui est une forme de démocratie ».