POLITIQUE 0 Commentaire

30ème anniversaire Conférence nationale : 3 raisons de l’implication de l’épiscopat béninois

Donald Kévin Gayet (Stag)
publié le Feb 19, 2020

Les Evêques du Bénin ont parlé des raisons qui motivent l’Eglise catholique à célébrer les 30 ans d’anniversaire de la Conférence des Forces Vives de la Nation. La conférence épiscopale a organisé une conférence de presse mardi 18 février 2020.

ceb Cérémonie de lancement des activités de la CEB à l'occasion de la célébration des 30 ans de la conférence nationale

L’Eglise catholique a donné le top de la célébration du 30ème anniversaire de la conférence nationale. Les Evêque du Bénin visent trois principaux objectifs pour ce rappel du passage de la révolution au renouveau démocratique. Selon Mgr Eugène Houndékon, vice-président de Conférence épiscopale du Bénin, le premier but de cette célébration consiste à faire le devoir de mémoire. Pour lui, il s’agit de préserver de l’amnésie collective non seulement un événement historique de grande portée mais aussi le caractère héroïque des divers protagonistes.

« La conférence nationale a été le prix du sacrifice et de la bravoure de ces dignes fils et filles du Bénin, il faut que mémoire soit gardée », a-t-il déclaré en citant la lettre pastorale. L’autre objectif cité par les Evêques réside dans le rappel à la conscience collective des acquis majeurs de ladite conférence. Porte-parole de la conférence épiscopale du Bénin (CEB), il a également expliqué que chaque Béninois doit veiller à démocratie, l’héritage de la conférence.

 

« Une démocratie apaisée et participative, l’Etat de droit, la séparation des pouvoir, le pluralisme politique et le respect des libertés ne sont pas à l’abri des remises en cause », a indiqué père Nathanaël Soédé. Le prêtre a invité les fidèles catholiques et le peuple béninois en général à profiter de cette célébration pour réfléchir au rayonnement du Bénin.

Consensus, tolérance et conciliation

mgr-eugene-houndekon Mgr Eugène Houndékon, vice-président et porte-parole de la Conférence épiscopale du Bénin

L’aumônier national a souligné que le troisième objectif poursuivi par l’Eglise catholique est la transmission aux nouvelles générations de l’héritage de la Conférence des forces vives de la nation. Pour lui, il est question non seulement « des acquis mais surtout l’esprit de consensus, de tolérance et de conciliation ». Le canal approprié et priorisé par les Evêques pour cette introduction des valeurs est le système éducatif. « La Conférence nationale est une page de l’histoire que l’on pourrait, sans exagération, inscrire aux côtés de celles des luttes des peuples pour la décolonisation ou l’indépendance », a-t-il ajouté.

La célébration de ce 30ème anniversaire sera clôturée le 29 février 2020 par un colloque international sur le thème « La Conférence des forces vives de la nation, 30 ans après ». Mais déjà à la veille, une messe solennelle sera dite à l’occasion par les Evêques à la paroisse St Michel de Cotonou à 19 heures. Les travaux de la conférence des Forces vives de la nation ont été lancés le 19 février 1990 sous la houlette des feux Mgr Isidore de Souza, président du présidium et Général Mathieu Kérékou, alors président de la République du Bénin.