POLITIQUE 0 Commentaire

Lionel Zinsou: choc d’arguments dans le procès pour dépassement de frais de campagne au Bénin

Ozias Hounguè
publié le Feb 13, 2020

Dans une interview accordée à Banouto, Me Robert Dossou, l’avocat de l’ex-premier ministre, Lionel Zinsou a évoqué le chef d’accusation retenu finalement par le ministère public lors du procès en appel.  Il ne partage pas le réquisitoire du procureur au cours de l’audience du mardi 04 février 2020.

lionel zinsou Lionel Zinsou

L’ex-bâtonnier, Robert Dossou réfute les chefs d’accusation portant sur le dépassement des fonds de campagne dans l’affaire Lionel Zinsou. Selon l’avocat de l’ex-premier ministre, le second chef d’accusation de dépassement des comptes de campagne retenu par le ministère public n’avait pas lieu d’être.

« On prétend qu’il aurait emprunté 15 milliards pour dire que c’est pour ses frais de campagne. Mais si vous prêtez 15 milliards pour faire de la campagne, est-ce que c’est effectivement 15 milliards que vous avez dépassé pour la campagne », se demande le juriste.

«Acte notarié »

Lors de la troisième audience du mardi 04 février 2020, le ministère public avait décidé d’abandonner une partie des charges dont celui de « faux et usages de faux », mais à toutefois décider de poursuivre l’ex-premier ministre pour dépassement des fonds de campagne lors de la présidentielle de mars 2016.

Au cours de sa réquisition, le ministère public a fait remarquer que lors des joutes électorales, les hommes politiques font excessivement de dépense qu’ils tentent de justifier par des manières détournées et que la justice béninoise devrait décourager cette pratique. Il a déclaré aux juges de la Cour d’appel que dans le dossier Lionel Zinsou un acte notarié existe. «  Le contrat de prêt (de Lionel Zinsou, ndlr) a spécifié que les fonds sont destinés pour les campagnes », a-t-il ajouté

Pour l’ancien président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Me Robert Dossou et avocat de Lionel Zinsou dans ce dossier, le second chef d’accusation retenu est lié à « une question de comptabilité ». « Si on dit que les frais de campagne sont plafonnés à 2 milliards 500 millions de franc CFA, mais si on a dit qu’il y a dépassé de 1 franc, de 2 milliards ça doit pouvoir se dire. C’est ça que le droit pénal appréhende, le droit pénal n’appréhende pas autre chose », nuance-t-il

Lionel Zinsou a-t-il prêté de l’argent ou pas ?

Relancé sur la question de prêt ou non de Lionel Zinsou lors de la présidentielle de 2016, la réponse de Me Robert Dossou est catégorique. « Cela ne regarde personne. Tout ce qu’il faut savoir : est ce que la loi a dit que c’est une infraction que d’accumulé ? ». Il précise qu’en matière de campagne électorale, la loi a dit dépense.

« La loi n’a pas dit qu’il est interdit à quelqu’un qui veut être candidat d’accumuler 100 milliards de mettre ça de côté pour sa campagne. La loi n’a jamais incriminé cela ou interdit ça. C’est dépensé au-delà de 2 milliards, tu peux avoir 100 milliards, mais tu n’as pas le droit de dépenser dans ces 100 milliards plus de 2 milliards 500 millions », ajoute-t-il.