POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin / Résistance à Talon : motion du parti de Azannaï sur le couple Soglo

Falilatou Titi
publié le Jan 14, 2020

Le parti Restaurer l’Espoir (RE) a exprimé sa reconnaissance au couple Soglo pour tous les efforts consentis pour maintenir la résistance au pouvoir du président Patrice Talon. La formation politique l’a inscrite dans les motions de son conseil national tenu le dimanche 12 janvier 2020 à Cotonou.

Le parti Restaurer l’Espoir (RE) rend hommage au président Nicéphore Soglo et son épouse pour leur attachement à la Résistance au pouvoir du président Patrice Talon. « Le conseil National exprime sa reconnaissance et ses félicitations au président Nicéphore Dieudonné Soglo et à la Présidente Rosine Vieyra Soglo pour le travail extraordinaire abattu pour les performances et la continuation de la résistance » lit-on dans la motion 2 du conseil national de RE, tenu samedi 12 janvier 2020.

 Dans ses propos d’ouverture des assises de son parti, l’ex-ministre Candide Azannaï a expliqué pourquoi, les deux personnalités méritent respect et considération. Après avoir dénoncé les « traitres » tapis dans la résistance, il a souligné qu’il y’a des personnes qui sont malgré tout, restées attachés aux valeurs de la lutte commune. « Nous devons également féliciter les braves, ceux qui sont restés loyaux, fidèles. Au rang de ces personnalités, nous avons le président Soglo qui est resté fidèle et loyal à la Résistance. Son épouse, Rosine Vieyra Soglo, malgré son âge, je ne parlerai pas de son état de santé. Ils sont restés fidèles », a salué avec admiration, le président du parti RE.

Des recommandations pour restaurer « l’état de droit »

Le parti de Azannaï a également salué la mémoire des « victimes innocentes » des tueries des 1er et 2 mai 2019 à Cotonou et « exige leur réhabilitation ». Au cours des discussions entre délégués et le bureau exécutif national, plusieurs recommandations ont été faites pour la redynamisation et la restructuration de la résistance nationale. Objectif : restaurer l’état de droit. « Les derniers développements de l’actualité politique illustrent incontestablement un contexte de déni de démocratie, de déni de l’état de droit, de restriction des libertés et des droits politiques sur fond d’exclusion politique », justifie Restaurer l’Espoir.

Selon RE, le pouvoir du président Patrice Talon est « la triste expression du déni de l’état de droit, de la falsification de la Démocratie et de la restriction dictatoriale des libertés, des droits politiques et sociaux et de bafouement des acquis du Renouveau Démocratique ». Mais pour manifester le mécontentement du peuple contre ce régime, le parti n’entend pas faire usage de la violence. « Je suis foncièrement contre la violence », a martelé Candide Azannaï a l’ouverture du conseil national. Les délégués ont d’ailleurs salué la vision du parti à faire une « Résistance pacifique, non armée et non violente ».

Toutefois, ils recommandent à la formation politique de restructurer la Résistance et la recentrer sur : le rétablissement des libertés, le rétablissement de l’état de droit et le rétablissement de tous les acquis démocratiques.

Pour eux, « l’existence légale du Parti Restaurer l’Espoir (RE), n’est ni technique, ni administrative. Elle est politique ». C’est pourquoi les délégués ont recommandé au bureau exécutif de ne pas déroger à la tradition de notification des changements et des modifications adoptés à l’issu de ses travaux, à l’autorité compétente.