POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin / Résistance à Talon : le parti d’Azannaï réfléchit à des actions fortes

Falilatou Titi
publié le Jan 12, 2020

Le parti Restaurer l’espoir (RE) a ouvert ce dimanche 12 janvier 2020, les assisses de son conseil national. Les discussions se tiennent au siège du parti au quartier Mènontin à Cotonou.

candide-azannai Candide Azannaï, président du parti Restaurer l'Espoir à l'ouverture du conseil national de sa formation politique à Cotonou

« Pour la liberté, la démocratie et l’état de droit ». C’est autour de ce thème que les militants du parti Restaurer l’espoir (RE) se sont réunis à Cotonou. Venus des 12 départements du Bénin, ils prennent part à un conseil national pour réfléchir avec le bureau exécutif, sur les nouvelles orientations du parti en vue d’une lutte efficace pour le retour de « l’état de droit ». Selon Justin Ekpélikpézé, président du comité d’organisation du conseil national de RE, Conseiller municipal de Cotonou et Coordonnateur départemental du Littoral, face à la dégradation des bases de la démocratie, ces assises s’imposent.

 « L’an 2020 s’ouvre avec les défis majeurs de notre parti commun. Les nobles ambitions de notre parti pour la République sont toujours encrées dans les valeurs cardinales que nous défendons et qui nous distinguent. Notre profession de foi n’a pas changé et la défense de l’intérêt général non plus », a-t-il laissé entendre. Pour lui, « le recul grave de la démocratie et l’état de droit, la violation récurrente des libertés » ont plongé le Bénin dans « l’abîme des Nations d’une époque révolue ». C’est d’ailleurs, fait-il savoir, ce qui justifie le thème de la journée. Le conseil national du parti RE, poursuit le Conseiller municipal, va porter entre autres sur la nécessité d’une meilleure organisation de la Résistance Nationale.

Selon Candide Azannaï, président du parti, ce conseil national se tient dans un contexte spécial ». Pour l’ex-ministre de Patrice Talon, le contexte au Bénin est marqué par « la décapitation de la démocratie, un bafouement, un élan d’annulation, de suppression des libertés politiques, des libertés fondamentales ». Ce conseil national selon lui, doit permettre aux délégués départementaux de faire des propositions efficaces pour la « réhabilitation de l’image ternie du Bénin » et une Résistance plus organisée.

Pour l’opposant, le pouvoir de Patrice Talon, au lieu de rompre avec les mauvaises pratiques, a plutôt travaillé à y renouer, au mépris des principes démocratiques. « Le Bénin est en plein naufrage », a-t-il déploré avant d’inviter les militants du parti à définir les bases pour recréer la réconciliation et la cohésion sociale si chères au Bénin. Plusieurs communications sont au menu des échanges de cette journée. La première entre autres, porte sur "le rôle du militant dans un contexte de dictature".