Bénin : 11 ministres de Talon signalés en flagrante violation

Olivier Ribouis
publié le Sep 15, 2019

Dans l’émission « Sans langue de bois » où il a été reçu ce dimanche 15 septembre 2019 sur la radio Soleil fm, Jean-Baptiste Elias a signalé une flagrante violation des textes dans 11 ministères.

jean-baptiste-elias Patrice Talon, Président de la République

C’est près de la moitié du gouvernement de Patrice Talon qui est mise en  cause. Jean-Baptiste Elias, le Président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC) a fait des déballages ce dimanche 15 septembre 2019 sur la radio privée Soleil Fm. De façon générale, il constate une disparité dans l’application rigoureuse des lois de la République   aux pro-Talon et aux anti-Talon.

Alors que les opposants sont acculés pour non respect des textes et n’ont pas pu compétir aux législatives, Jean-Baptiste Elias souligne que du côté du pouvoir, il y a un laisser-aller.  Du côté du gouvernement, c’est 11 ministres que le président de l’ANLC a épinglés.  Pour rappel, il relève que le Président Patrice Talon a pris un décret que ses ministres ne respectent pas.  « Le Président de la République, son Excellence, M. Patrice Talon est arrivé au pouvoir et dès le 17 mai 2016, je dis bien le 17 mai 2016, soit quelques jours seulement après son installation, il a pris le décret N°2016 du 17 mai 2016 fixant la structure type des ministères. Aux termes de ce décret, l’article 48  qui est très clair -si on a le temps, on va le lire-, dispose expressément que les DAF ne peuvent pas faire plus de deux ans dans le même ministère. L’article 74 dispose très clairement  que les Inspecteurs généraux des ministères (IGM) et leurs adjoints ne doivent pas faire plus de deux ans dans le même ministère. Et l’article 76 du même décret dispose expressément que les Secrétaires généraux des ministères ne doivent pas faire plus de 03 ans dans le même ministère », souligne l’invité de « Sans langue de bois ».

Une chose est de prendre les textes de loi, autre chose est de les respecter scrupuleusement. A sa grande surprise, Jean-Baptiste Elias constate qu’il y a des DAF et des Inspecteurs généraux des ministères qui ont déjà fait le délai donné et qu’il fallait donc leur changer de poste. Alors, fait-il savoir, « J’ai donc saisi les ministres concernés, les lettres sont ici ». Mais, rien n’y fit.

Avec précision de date et référence de décret de nomination, il a livré 11 ministères où la situation demeure telle qu’elle.  Il s’agit du « ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique », « ministère de l’Enseignement maternel et primaire », « ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération », « Ministère de la décentralisation », « Ministère de la santé », « Ministère des Infrastructures et des Transports », « Ministère de l’Enseignement supérieur », « au Ministre de l’Economie et des Finances », « Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche », « Ministère de la Fonction publique et du travail », « Ministère du Plan et du Développement ». Dans ces ministères, tous les DAF (Directeurs des affaires financières) encore en poste ont déjà passé les 02 ans imposés par le décret du Président Talon.

En ce qui concerne la situation des IGM, elle concerne  le Ministère de l’Intérieur et le Ministère de l’Enseignement maternel et primaire.

Jean-Baptiste Elias apprend qu’il a écrit à tous les ministres concernés depuis le 25 juin 2019. Il dit avoir aussi saisi le Président de la République sans suite.