POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin: Talon zappe un appel de Lionel Zinsou dans son remaniement

Olivier Ribouis
publié le Sep 7, 2019

Survenu jeudi 05 septembre, le remaniement ministériel opéré par le Président Patrice Talon a, du constat général, occulté un appel de l’ex-premier ministre et son challenger à la présidentielle de 2016, Lionel Zinsou qui a fait sa suggestion pour endiguer la crise politique au Bénin.

lionel-zinsou Lionel Zinsou

Annoncé, le remaniement ministériel attendu après les élections législatives du 28 avril est intervenu jeudi 05 septembre 2019. Le Président Patrice Talon a réaménagé son équipe gouvernementale. En général, on note trois sorties et six entrées avec fragmentation de deux anciens portefeuilles ministériels.

A propos des entrées enregistrées à la faveur de ce remaniement ministériel,  il y a Jean-Michel abimbola (Tourisme, Culture et Arts), Alain Orounla (Communication et Poste, porte-parole), Véronique Tognifode (Affaires sociales et Microfinance), Sadia Assouma (Industrie et Commerce), Eléonore Ladekan Yayi (Enseignement supérieur et Recherche scientifique) et Hervé Hehomey (Infrastructures et Transports). Celui-ci effectue en réalité un retour au poste duquel il a avait été dégagé.

Somme toute, à la lecture de la copie de ce remaniement, le Président Patrice Talon n’a pas écouté les voix appelant à un gouvernement ouvert aux partis d’opposition. A ce sujet, l’ancien premier ministre Lionel Zinsou avait indiqué qu’il fallait un gouvernement d’« union nationale » pour colmater les brèches avec la crise politique née de l’absence des partis politiques aux législatives du  avril. « La réconciliation est donc nécessaire aujourd’hui. Son moyen le plus simple serait de composer un gouvernement d’union nationale. Le gouvernement a l’initiative des lois ; s’il est représentatif, le travail législatif peut redevenir légitime. Il peut relancer l’emploi, rétablir la confiance des pays voisins et revenir aux libertés publiques », s’est exprimé en « simple citoyen », celui qui est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle de 2016 avant de perdre le scrutin au second tour face à Patrice Talon. « Un espoir : la réconciliation. Un principe : le respect de la règle de droit. Un effort : l’Union nationale. Un moyen : former un gouvernement représentatif », a-t-il insisté dans une publication sur sa page Facebook, le 12 juillet, bien avant sa condamnation par un tribunal de Cotonou.

De la réaction du principal parti d’opposition, Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), le Président Talon n’a pas consulté les responsables de cette formation pour la formation de son gouvernement.  «FCBE n’a envoyé personne au gouvernement et FCBE n’a discuté avec personne pour la formation du gouvernement », a déclaré Nourénou Atchadé, porte-parole du parti FCBE, contacté par Banouto. Selon l’ancien parlementaire, «Personne n’a touché FCBE pour la formation du gouvernement et FCBE n’a envoyé personne au gouvernement».