POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin: Candide Azannaï répond aux critiques sur l’unité de l’opposition

Falilatou Titi
publié le Sep 3, 2019

Au cours du «mardi politique avec la jeunesse intellectuelle», le président du parti Restaurer l’Espoir (RE) a fait savoir que l’opposition béninoise n’a pas peur de résister au régime du président Patrice Talon.

candide azannai Candide Azannai

 

«On ne décrète pas l’unité de l’opposition», c’est la réponse de Candide Azannaï suite au rumeurs selon lesquelles les opposants béninois ne sont pas unis. Selon l’ancien ministre et président du parti Restaurer l’Espoir (RE), les acteurs politiques n’ont pas la même lecture des faits, la compréhension et la même idéologie.

De ce fait, souligne-t-il, les acteurs de l’opposition ne sauraient tous se comporter de la même manière. «C’est dans la lutte qu’il y a l’affermissement. Vous ne pouvez pas décréter une unité de l’opposition alors que ce n’est pas les mêmes raisons qui ont amené les gens en politique et ce n’est pas les mêmes mobiles qui les ont amenés dans l’opposition», a-t-il signalé. «Dans une équipe, on peut porter le même maillot mais pas le même numéro», a insisté Azannaï.

Quant à ceux qui pensent que l’opposition ne fait rien de concret, le président de Restaurer l'Espoir leur dit que «l’opposition n’a pas peur». Selon lui, on ne peut pas demander aux opposants d’aller, les mains nues, affronter des adversaires armés. «On a vu ce que ceux qui ont les armes ont fait de ceux qui n’ont que le courage pour les combattre», fait-il remarquer.

Pour lui, ce n’est pas seulement à l’opposition de mener le combat contre le pouvoir en place. «Si la résistance intérieure atteint un niveau, le despote va reculer» Et pour y arriver, fait savoir le leader de l’opposition, les Béninois doivent être solidaires et organisés. «Ils ont déjà appuyé sur tous les mauvais boutons. Quelle loi est respectée aujourd’hui», s’interroge Candide Azannaï. L’ex-ministre de Boni Yayi et de Patrice Talon reste convaincu que dans une République aucun président ne peut dire qu’il est au-dessus de la loi, sans que le peuple finisse par lui dire non.