POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin : de jeunes acteurs politiques discutent d’intégration et développement économique à une Université-vacances

Olivier Ribouis
publié le Jul 22, 2019

Sélectionnés au sein des partis politiques et des organisations de la société civile, 35 jeunes béninois participent à une université-vacances qui s’est ouverte ce lundi 22 juillet 2019 pour une durée de cinq jours. Organisée par la fondation Konrad Adenauer Stiftung (KAS) en partenariat avec le cabinet Lucidum Managere, elle se tient à Cotonou autour du thème « Intégration sous régionale et développement économique en Afrique de l’Ouest ».

universite-vacances-konrad-adenauer-stiftung Discussion à l'université-vacances ouverte à Cotonou

Membres de partis d’opposition comme de la mouvance et des organisations de la société civile, ils ont des profils bien intéressants pour discuter de sujet de développement durable. Ingénieurs, techniciens, des étudiants en cycle II dans les universités du pays, entrepreneurs ou actionnaires dans des start-up et responsables dans diverses structures.  Au nombre de 35, ils sont réunis à Cotonou pour une université-vacances. Ouverte ce lundi 22 juillet 2019, la rencontre qui dure cinq jours est organisée par la fondation Konrad Adenauer Stiftung (KAS) en partenariat avec le cabinet Lucidum Managere.

L’initiative entre dans le cadre des dialogues politiques que la fondation allemande promeut dans plusieurs pays d’Afrique où elle est présente. Théodore Golli, Chargé de programme  à la KAS  apprend que « cette université-vacances se veut être une tribune d’échanges entre tous les acteurs politiques et de la société civile au Bénin ».

La question de l’intégration et du développement économique  qui sera au cœur des discussions pendant ces échanges, relève, à l’en croire, d’une épineuse problématique pour le Bénin, la sous-région ouest-africaine et tout le continent. « Nous sommes tous amenés à faire avancer la sous-région. Cela fait soixante que nos pays sont indépendants. Mais, pendant ces soixante ans, remarquez que les pays n’ont pas trop évolué. Ça montre que, aller seul ne peut pas nous faire avancer », a déclaré Théodore Golli après avoir fait observer que ni le Bénin, ni ses voisins ne peuvent vivre seul.  « Nous sommes appelés à travailler en synergie pour pouvoir faire avancer la sous-région », a encore insisté ce responsable de la KAS. Le thème intégration sous-régionale et développement économique, retient-on, n’a pas été choisi au hasard. « C’est pour vous amener à comprendre que vous  qui êtes leaders, acteurs politiques, acteurs de la société civile, vous devez intégrer la nécessité d’aller vers les autres pays membres de la communauté pour faire la promotion des valeurs. En toute chose, l’idéologie, c’est d’abord la démocratie », a expliqué aux participants, le chargé de programme en présence de Mounirou Tchacondoh, Coordonnateur de la KAS pour le Bénin.

04 objectifs à atteindre

theodore-golli-konrad-adenauer-stiftung Théodore Golli, Chargé de programme à la KAS

Ayant identifié les jeunes leaders invités à cette université-vacances, le cabinet Lucidum Managere  que dirige l’Expert-Consultant Sylvain Zinsou a annoncé quatre objectifs à atteindre. Il s’agira indique un dossier de presse, d’expliquer aux jeunes engagés en politique le contenu des défis et des enjeux de l’intégration et du développement économique. De deux, les organisateurs veulent les amener  à réfléchir en 5 jours sur les différents modèles d’intégration et leurs implications sur le développement économique. A un troisième degré, l’initiative entend « donner l’opportunité à 35 jeunes engagés dans l’action publique à échanger entre eux et avec des experts nationaux des défis de l’intégration et du développement économique du Bénin ». Quatrième objectif, parvenir au renforcement de capacité des participants pour leurs structures autour de la thématique en discussion.

Pour cette première journée, il a été question des principes et fondements de l’intégration au cours des échanges avec Dr Cyriaque Edon, Economiste-Chercheur en économétrie et enseignant à l’Université d’Abomey-Calavi.