Bénin : Talon veut choisir les candidats aux élections selon le PCB

Olivier Ribouis
publié le Dec 15, 2018

Ce samedi 15 décembre 2018, s’est tenu à Cotonou un Congrès extraordinaire de mise en conformité  du Parti d’opposition Union sociale libérale (USL) aux dispositions de la nouvelle charte des partis politiques au Bénin. A ce rendez-vous politique, le Parti communiste du Bénin a encore critiqué le président Talon qu’il accuse de vouloir imposer ceux qui peuvent aller aux élections.

philippe-noudjenoume Philippe Noudjènoumè, Premier Secrétaire du PCB

Toutes les occasions sont bonnes au Parti  communiste du Bénin (PCB) pour critiquer le Président Patrice Talon.  Invité au congrès extraordinaire de mise en conformité de l’Union sociale libérale (USL) ce samedi 15 décembre, le PCB a profité de l’occasion pour dire une fois encore, tout le mal qu’il pense du régime de Patrice Talon.

Dans l’allocution de Philippe Noudjènoumè parvenue à Banouto, il apprend que le 29 novembre dernier, réuni à Cotonou en session de son Bureau Politique, le Parti Communiste du Bénin  a adopté et publié une Déclaration traitant des «  implications politiques des lois scélérates du pouvoir de la Rupture notamment, les lois portant Charte des partis politiques et code électoral. »

Selon le Premier Secrétaire du PCB, dans la déclaration évoquée, le bureau politique de son parti « déclare que ces lois, outre leurs desseins fortement autocratiques, visent essentiellement à faire rayer du paysage politique du Bénin les partis représentatifs et porte-parole des classes populaires et pauvres de notre pays, en particulier le Parti Communiste du Bénin et assurer désormais le règne sans partage et sans contestation des représentants des partis des maffieux et autres criminels économiques sur le sort de notre peuple. ». Pour le PCB, « Patrice Talon et son clan » s’acharnent à « mettre fin à la liberté de création de partis politiques, à régenter tous les partis à naitre comme on le voit opérer concernant les Blocs, de définir leur composition, choisir leur direction et plus tard, d’envoyer qui il veut aux élections ».

Créé en 1977 en pleine dictature du PRPB, le PCB, fait savoir le professeur Noudjènoumè,  « a pu survivre, s’organiser et a pu catalyser les énergies de l’ensemble du peuple pour abattre l’autocratie de Kérékou » en décembre 1989. Dès lors assure-t-il, « quels que soient les avatars politiques et les lois auxquelles peuvent recourir tous les pouvoirs et forces ennemis de la liberté, ennemis de notre pays et de son peuple, le Parti Communiste du Bénin ne disparaitra pas par la volonté d’un pouvoir politique quelconque, y compris celui dit de la Rupture ».