ENVIRONNEMENT 0 Commentaire

Bénin : avancée dans l’élaboration des documents de Politique et Code forestiers

Ozias Hounguè
publié le Oct 29, 2019

Financé par le projet Renforcement des Capacités des Acteurs du Secteur de l’Energie au Bénin (RECASEB), l’atelier de validation des nouveaux documents en matière de politique forestière et de code forestier s’est achevé mercredi 23 octobre 2019. Pendant deux jours, les acteurs du secteur forestier ont passé au peigne fin les deux nouveaux documents et fait des amendements.

benin vers une nouvelle politique forestière Le présidium à la clôture de l'atelier

Les acteurs du secteur forestier valident les nouveaux documents en matière de gouvernance forestière au Bénin. Après deux jours de travaux à Cotonou, les acteurs impliqués dans la gestion des eaux, forêts et chasse du Bénin ont adopté le Code forestier et la politique forestière du Bénin.

Selon le rapporteur, le commandant des eaux, forêts et chasse, Simon Awokou, les participants ont formulé cinq recommandations qui doivent être prises en compte avant l’envoi des deux nouveaux documents en Conseil des ministres pour approbation. Elles portent sur la mise en place d’un groupe technique pour la prise en compte des recommandations et amendements portés sur les documents, la mise en place des sous-comités de rédaction de la Charte sur la gouvernance forestière, puis l’élaboration d’un plan d’action à joindre au document de politique forestière. Les participants ont également recommandé la prise en compte de la dimension éducative de la population dans le document de politique forestière de la nécessité de spécialisation du personnel forestier pour s’occuper des préoccupations d’actualité.

« L’Atelier a couché de résultats très intéressants. Les recommandations et observations qui ont été faites vont être intégrées », a assuré Rémi Hefoume, directeur général adjoint des forêts, et chasses (DGFEC). Il  a souligné que le Code forestier et la Politique forestière sont des documents cadres de planification qui tracent les grandes lignes de la gestion des ressources forestières.

Nouveautés

«Le code forestier comporte un certain nombre de nouveautés. Par exemple, les nouvelles menaces ne figurent pas expressément dans la loi appliquée jusque-là. Les menaces actuelles en matière de braconnage transfrontalier, sécurité des hommes et même des ressources, destruction massive de la faune n’étaient pas si poussées, il y a 25 ans », a expliqué Rémi Hefoume. Il indique que le nouveau code a pris des dispositions face à ces nouvelles menaces pour qu’elles soient mieux contrôlées. « Autres particularités, il y a de nouvelles terminologies qui n’étaient pas en vigueur il y a 25 ans comme les termes forêts communales, forêts communautaires », a-t-il précisé.

S’agissant du projet de nouvelle politique forestière, le travail s’est fait sur la base de 05 principes fondamentaux dont celui de la protection de la biodiversité et de la protection de la faune. Krystel Dossou, expert RECASEB en charge des questions de biomasse énergie à la Direction générale des eaux forêts et chasse précise que ces nouveaux textes partent d’un diagnostic logique de la situation des forêts et proposent des orientations politiques et stratégiques. Sur le code forestier, l’expert détaille que les articles du nouveau document n’oublient prennent en compte la protection des animaux, l’exploitation de la faune du domaine forestier de l’Etat, l’élevage, le tourisme, la pêche et l’aquaculture.

Avec l’appui du projet Renforcement des Capacités des Acteurs du Secteur de l’Energie au Bénin (RECASEB) financé par l’Union européenne, les acteurs forestiers franchisent une nouvelle étape dans le processus d’élaboration des nouveaux textes du secteur. A la suite de cette validation par les acteurs, les deux nouveaux documents devraient être envoyés en conseil des ministres pour adoption.