Autorité nationale de lutte contre la corruption: suspension du processus de renouvellement

Judicaël Kpehoun (Stag)
publié le Mar 19, 2020

Le processus de renouvellement des membres de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption a été suspendu. Pascal Koupaki, ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la république est annoncé pour gérer les affaires courantes.

elias-anlc Jean-Baptiste Elias, président de l'ANLC en fin de manadat

Installé début mars 2017, l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC), 2ème mandature, avait pris service le 13 mars 2017 pour un mandat de 3 ans devant prendre fin au plus tard le 12 mars 2020. Selon des informations de Le Matinal et 24 heures au Bénin, dans le cadre de la mise en place de la 3ème mandature, le président sortant, Jean-Baptiste Elias, de l’ANLC a saisi le 31 décembre 2019 les structures concernées par la désignation de représentants, selon les dispositions de la loi 2011-020 du 20 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en république du Bénin.  

Mais la présidence de la république, autorité de tutelle de l’ANLC, aurait demandé de sursoir au processus de renouvellement des membres en fin de mandat. Cette décision se justifierait par une modification en vue de loi sur la corruption « afin de la rapprocher des réalités actuelles au regard des réformes en cours». En attendant l’aboutissement de la réforme et la désignation de nouveaux membres, apprend-on, Pascal Koupaki, est désigné pour conduire les affaires courantes de l’Autorité.