Bénin : clôture anticipée d’un projet pour mauvaise gouvernance financière

Falilatou Titi
publié le Jan 8, 2020

Le gouvernement a décidé de mettre fin au Projet d'Appui à la Promotion des Services financiers ruraux adaptés (PAPSFRA) pour des raisons de mauvaise gouvernance. L’annonce a été faite à l’issue du conseil des ministres de ce mercredi 8 janvier 2020.

Alors qu’il court jusqu’en 2022, le PAPSFRA a été clôturé de manière anticipée par le gouvernement. Selon le compte rendu du conseil des ministres, le Projet d'Appui à la Promotion des Services financiers ruraux adaptés (PAPSFRA) a été arrêté pour des raisons de mauvaise gouvernance. « Ce projet qui a démarré en 2014 devrait prendre fin en 2022. Mais la revue à mi-parcours, réalisée en 2018 pour le compte des années 2016 et 2017, a fait des constats de mauvaise gouvernance avérée », lit-on dans le compte rendu de la rencontre hebdomadaire de l’exécutif.

L'audit des guichets ruraux de l'Association des Services financiers du Bénin (ASF Bénin), réalisé sur la même période, poursuit le document, a « révélé de graves irrégularités ». L’audit a permis d’identifier : l'octroi fantaisiste de primes ne reposant sur aucune base réglementaire; la mise en place de crédits sans études préalables pertinentes; le rééchelonnement inapproprié des crédits ainsi que l'exécution de dépenses sans pièces justificatives valables et sans autorisation régulière conforme à l'orthodoxie.

Des travaux de fiabilisation des portefeuilles crédit et épargne, puis de reconstitution de la comptabilité, apprend-on, ont permis de mettre en évidence des impayés d'un montant de quatre (4) milliards de FCFA environ ; de l'épargne collectée à hauteur de trois milliards cinq cents millions (3 500 000 000) de FCFA ; et environ deux (2) milliards de fonds propres négatifs.

Décisions et sanctions

« Face à une telle situation, il a été mis fin aux contrats du chef de projet et de ses collaborateurs indélicats », fait savoir le compte rendu du conseil des ministres. Pour assurer le recouvrement des impayés et mettre en œuvre un plan de redressement, précise l’exécutif, l’actuelle direction exécutive a « engagé des actions hardies ».

La faible performance notée a causé une réduction des engagements du Fonds international de Développement agricole (FIDA), ayant assuré le cofinancement du Projet au Bénin. « Au regard de ces résultats négatifs, le Conseil a autorisé sa clôture anticipée et le transfert de son reliquat au programme régional intégré des marchés agricoles au Bénin et au Togo (PRIMA) ».

Le gouvernement annonce cependant qu’il sera procédé à la nomination d'un administrateur provisoire pour assurer le redressement de l'ASF Bénin. Des poursuites seront également engagées contre les mis en cause en vue d'obtenir le remboursement des fonds impayés.