BIEN-ETRE 0 Commentaire

Covid-19 au Bénin: la dénonciation de la CPC conduit 10 personnes en quarantaine à Kpomassè

PartiCip II
publié le Jun 29, 2020

Au Bénin, la veille citoyenne sur le respect des mesures barrières contre la propagation du coronavirus au sein des communautés à la base porte ses fruits. A Kpomassè, dans le département de l’Atlantique, le suivi citoyen exercé par la Cellule de Participation Citoyenne (CPC) est à l’origine de la mise en quarantaine d’une dizaine de personnes soupçonnées de Covid-19.

coronavirus-quarantaine-centre

Nul ne sera de trop dans la mobilisation décrétée par les autorités publiques pour freiner la propagation du coronavirus au Bénin. C’est fort de cela qu’à l’initiative de l’ONG ALCRER, il est mis en place une plateforme nationale de suivi citoyen de la riposte contre la Covid-19.

Placées au cœur de ce dispositif, les Cellules de Participation Citoyenne (CPC), creuset d’organisations de la Société civile à la base exerçant la veille citoyenne sur la gestion des affaires publiques locales, initient des activités de sensibilisation des populations, animent des émissions dans les langues du milieu et procèdent à la dénonciation des violations des mesures barrières instaurées par les autorités sanitaires afin de contribuer à la lutte contre la propagation du virus au sein des communautés.

C’est à l’occasion de ces activités que la CPC de Kpomassè a signalé, suite à des informations collectées auprès de la population, un homme d’une trentaine d’années, rentré de Lomé (Togo) et ayant rejoint clandestinement le village Gbétozo dans l'arrondissement de Tokpa Domé sans se soumettre à l’auto-isolement exigé par le gouvernement ou la mise en quarantaine dès la traversée des frontières nationales. Grâce à cette alerte de la CPC, l'équipe médicale de la zone sanitaire de Ouidah-Kpomassè-Tori-Bossito s'est déplacée pour investiguer et s’assurer de la véracité de la dénonciation de la Cellule.

A l’issue de cet exercice, le mis en cause a été immédiatement placé en quarantaine ainsi que neuf (09) personnes de son entourage pour un test de dépistage. A cette fin, ils ont été référés au centre de traitement d’Allada le 6 mai 2020.

A la fin de leur mise en quarantaine le 20 mai 2020, les dix (10) cas ont finalement été testés négatifs au grand soulagement des populations qui craignaient la présence du coronavirus dans leur milieu de vie. De son côté, la CPC a été saluée par les communautés du village Gbétozo pour leur constante disponibilité et la saisine des autorités compétentes ; toute chose qui a permis de dissiper les craintes et de favoriser une cohabitation pacifique et harmonieuse au sein des membres de la localité.

Source : PartiCiP II