BIEN-ETRE 0 Commentaire

Covid-19: inquiétude au parti Moele-Bénin de Jacques Ayadji après l’explosion de cas

Judicaël Kpehoun (Stag)
publié le Jun 18, 2020

Le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) s’inquiète après la flambée des cas de coronavirus. C’est à travers une déclaration à Cotonou.  

Au Bénin, le nombre de cas de coronavirus flambe. Le nombre de décès lié à la pandémie aussi. Une situation qui ne laisse pas indifférent le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin. Dans une déclaration lundi 15 juin à Cotonou, le parti dirigé par Jacques Ayadji a exprimé son inquiétude. « Le parti Moele-Bénin note avec grande inquiétante l’augmentation du nombre des personnes atteintes par la covid-19 ces derniers jours », a déclaré Andoche Amegnissè, chargé de mission du parti Moele-Bénin.

Alors que les chiffres de la Covid-19 grimpent, des Béninois continuent de banaliser la maladie. « Le mal est une réalité dans notre pays », a indiqué le chargé de mission de Moele-Bénin avant d’inviter au respect de gestes barrières. « Nous devons individuellement respecter les mesures préconisées par le gouvernement à savoir : le port systématique de masque, la distanciation sociale, le lavage des mains », a-t-il insisté.

Mesures sociales

Lors de sa sortie médiatique, le parti a exprimé sa satisfaction suite aux mesures sociales annoncées par le gouvernement en vue d’atténuer les effets socio-économiques de la pandémie sur les populations et l’économie. « Le parti accueille avec satisfaction les mesures prises par le gouvernement du président Patrice Talon ».

En sa session ordinaire du mercredi 10 juin 2020, le gouvernement béninois a annoncé un plan de soutien de 74,12 milliards francs. Ce plan de soutien, a indiqué le gouvernement, vise à relancer l’économique béninoise. Le plan prend en compte les petites et moyennes entreprises, les agences de voyages, de tourisme et autres. Les artisans et petits métiers de services de l'informel, et des personnes vulnérables que sont les pauvres et extrêmes pauvres ne sont pas oubliés.