BIEN-ETRE 0 Commentaire

Lutte contre le coronavirus en Afrique: Emmanuel Golou propose une Conférence des peuples

Ozias Hounguè
publié le Jun 12, 2020

Membre de l’international socialiste et ancien ministre béninois, Emmanuel Golou a proposé, dans une tribune publiée jeudi 11 juin 2020 dans Jeune Afrique, l’organisation d’une conférence des peuples pour la relance de l’Afrique. L’objectif est de permettre à toutes les composantes des sociétés africaines d’apporter des solutions propres à la Covid-19.

Emmanuel Golou

Une Conférence des peuples pour relancer l’Afrique. C’est la proposition faite par Emmanuel Golou pour solutionner les conséquences de la crise sanitaire du coronavirus en Afrique.

Si le continent africain ne compte pas, pour le moment, un bilan humain très lourd, il doit peut-être se préparer au pire quant aux conséquences économiques et sociales. C’est pourquoi l’ancien ministre béninois propose une conférence des peuples pour relancer l’Afrique.

« La crise que nous traversons a révélé un fort désir des Africains de débattre sur le devenir de leur continent, un fort désir de bonne gouvernance. D’où ma proposition d’ouvrir le débat à l’occasion d’une Conférence des peuples pour la relance de l’Afrique », a écrit l’ancien député dans une tribune parue dans le magazine panafricain Jeune Afrique.

Selon Emmanuel Golou, membre de l’Internationale socialiste, cette conférence des peuples pour la relance de l’Afrique ne sera « ni une de plus ni un folklore ».  

« Des représentants de chaque segment de la société dans nos pays pourront, à travers leurs propositions, compléter les outils de développement déjà en place. S’appuyer sur l’urgence pour bâtir de nouvelles perspectives, c’est le nouveau choix qui s’impose à l’Union africaine », détaille l’ancien président du comité Afrique de l’Internationale socialiste.

Il souligne également, dans sa tribune, qu’il s’agira à travers cette conférence de proposer des « solutions inspirées par les peuples et pour les peuples ». « Une façon de revenir à l’idéal démocratique et panafricaniste », ajoute-t-il.