SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Protection des enfants au Bénin : des acteurs outillés pour une meilleure synergie d’action

Ozias Hounguè
publié le Jun 24, 2020

Un atelier de renforcement des capacités en faveur de certains acteurs impliqués dans la protection de l’enfant a été lancé mardi 23 juin 2020 à Cotonou. Au terme de l’activité, les participants devraient approfondir leur connaissance en matière de synergie d’actions et des services de qualité aux enfants en situation de vulnérabilité.

educo-benin-2 Vue des participants à la formation

Renforcement des capacités pour des acteurs de protection de l’enfant dans les départements de l’Atlantique, du Littoral et de l’Ouémé. Des acteurs impliqués dans la protection de l’enfant dans les communes de Porto-Novo, Cotonou et Sô-Ava réfléchissent du mardi 23 au jeudi 25 juin aux mécanismes pour mieux protéger cette couche vulnérable de la population.

Les travaux de cet atelier qui regroupent une trentaine de participants se déroulent en deux phases. Une phase réservée aux communications et l’autre pour les travaux de sous-groupes avec restitutions en plénière et s’en suivra la synthèse.

« L’atelier a pour but de créer un environnement protecteur aux enfants contre les violations de leurs droits dans ces trois départements.  Deux principales thématiques sont retenues pour être abordées dans le cadre de cette session de formation », a déclaré Florent Zinsou Bonou, coordonnateur de projet à CIPCRE-Bénin et Superviseur de l’atelier.

 L’accompagnement social personnalisé des enfants en situation difficile et les normes et standards de gestion des enfants en situation difficile selon la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont ces deux thématiques, a-t-il détaillé 

Les standards de la CEDEAO au cœur de l’atelier

Pour une meilleure protection des enfants notamment ceux en mobilité, les acteurs ont été outillés sur l’accompagnement social personnalisé et les procédures de prise en charge et les standards de la CEDEAO pour la protection et la réintégration des enfants vulnérables.

« Pour cette première journée de la formation, nous avons abordé les procédures opérationnelles et les standards édictées par les pays membres de la CEDEAO pour la protection des enfants en mobilité et les jeunes migrants », a confié Ronny Anago, référent protection de l’enfant à Educo-Bénin et un des formateurs du jour.

Il a précisé qu’il est important pour tous les acteurs de protection de l’enfant des départements de l’Ouémé, du Littoral et de l’Atlantique « d’harmoniser leurs approches et d’avoir les mêmes principes directeurs » similaires aux autres membres de la chaine de l’espace CEDEAO.

Cette session de formation entre dans le cadre de la mise en œuvre du « Programme BJ 1838 », un projet de protection des enfants et jeunes en mobilité dans les départements de l’Ouémé, du Littoral et de l’Atlantique, initié par Educo en partenariat avec les ONG ASSOVIE, IFMA, AFDB, CIPCRE et Sonagnon.